2) Joseph Jongen par Pardon 1931 - copie

Concerts commentés des professeurs de l’IMEP – Hommage à Joseph Jongen

Date : Le 26 octobre 2023 à 20:00

Lieu : Salle de concert de l'IMEP

rue Juppin 28

Namur, 5000

Horaire d'ouverture de la billetterie

Par téléphone: 081/73.64.37

Lundi, mardi et jeudi de 8h30 à 12h30 et de 13h à 15h et le vendredi de 8h30 à 12h30

Tarif : 15€ (adultes) – 10€ (seniors) – Gratuit (jeunes -26 ans)

Programme

Les professeurs de l’IMEP

se réunissent pour célébrer les 150 ans de la naissance de Joseph Jongen et interprètent des œuvres de musique de chambre.

Programme du concert

Premier poème, Op. 16, Fabian Jardon et Eric Chardon
Sonate pour flûte et piano, Nicolas Paternotte et Denis-Pierre Gustin

Mélodies : Après un rêve, Chanson roumaine et Bal de fleurs, Elise Gäbele et Fabian Jardon
Danse Lente, Sophie Hallynck et Denis-Pierre Gustin
Trio Op. 80, Sophie Hallynck, Eric Chardon et Denis-Pierre Gustin

Joseph Jongen est un compositeur et organiste belge né le 14 décembre 1873 à Liège et mort à Sart-lez-Spa le 12 juillet 1953. Joseph Jongen accomplit toutes ses études musicales au Conservatoire royal de Liège : le piano, l’orgue et les branches théoriques, solfège, fugue, harmonie, contrepoint, avec Sylvain Dupuis et Jean-Théodore Radoux. En 1897, le Premier Grand Prix de Rome lui est décerné pour sa cantate Comala (op. 14). Cette récompense lui permet de réaliser un voyage d’études à l’étranger d’une durée de près de quatre ans.

De retour en Belgique en 1902, Joseph Jongen est nommé en 1903 professeur d’harmonie et de contrepoint au Conservatoire de Liège. Marié depuis 1909 et père de 3 enfants, il emmène les siens en Angleterre pour y passer les années de la première guerre mondiale, et participe activement à la vie musicale comme organiste et pianiste au sein du « Belgian Quartet » dont il est l’un des fondateurs. Dès décembre 1918, Jongen reprend son poste à Liège, puis est nommé en 1920 professeur de fugue au Conservatoire royal de Bruxelles, établissement dont il assume la direction de 1925 à sa retraite en 1939. Année après année, il accumule tous les genres de la musique pure : un impressionnant catalogue qu’il réduit lui-même à 137 œuvres dont la dernière fut écrite en 1951.

(Texte de présentation du Fonds Joseph Jongen (1873-1953) – Photos: Bibliothèque du Conservatoire royal de Musique de Bruxelles)

Joseph_Jongen