Présentation des activités de l’IMEP

Concert symphonique 7 et 8 mai 2016
(1re partie)

Concert symphonique 7 et 8 mai 2016
(2e partie)

Il Bel Canto – Concert lyrique du 28 novembre 2015
(1ère partie)

  • Partenaires

     
    Namur Confluent Culture
     
    WBI
     
    Les amis de l'IMEP
     
    Fondation Baron Arthur Grumiaux
     
    WBI
     
     
     

CONCERTS DE L’EVD

le 28 mai 2017 à 15:00

RÉCITALS DE CHANT PAR LES ÉTUDIANTES DE L’EVD
Salle de Concert de l’IMEP – Samedi 27 mai à 18H00 et Dimanche 28 mai à 15H00
Giana Canete Gallo, Aurore Bureau, Roxanna-Isaura Decocq, Isabelle Jacques, Amélia Jardon. Accompagnement: Daniel Thonnard. Entrée gratuite.

Présentation de l’EVD
La nouvelle formation que l’IMEP a pris l’initiative d’organiser depuis plusieurs années sous l’appellation European Vocal Department offre aux chanteurs la meilleure préparation possible à la vie professionnelle. Formation de pointe réservée à l’élite, elle propose autant des cours techniques que de plongées in situ via la gestion du mental, des récitals et concerts avec grand orchestre, etc. Accessible via un examen d’entrée, la formation est ouverte aux étudiants en chant comme à ceux qui sont déjà diplômés mais se soucient de parfaire et d’entretenir leur formation. L’idéal de perfection recherché se concrétise par des collaborations avec des partenaires prestigieux, notamment avec le CAV&MA, l’ORW, La Monnaie…

Présentation du concert
Les étudiantes de l’EVD vous offrent de quoi terminer en beauté ce mois de mai… Deux concerts gratuits et un programme différent (hormis une œuvre présente aux deux concerts) seront proposés les 27 et 28 mai prochains. Les chanteuses confirmées ont pu choisir elles-mêmes et s’investir jusqu’à écrire la présentation des œuvres qu’elles interpréteront. Pour ces deux concerts, vous aurez la joie d’entendre des airs de Vivaldi accompagnés d’instruments à cordes et d’une flûte traversière. Vous pourrez rêver et voyager d’un compositeur du XIXème siècle à l’autre avec des mélodies et Lieder très variés. Vous plongerez dans les passions et les tourments romantiques avec Wagner et les poèmes de sa maîtresse Mathilde Wesendonck. Et bien sûr, vous retrouverez le génie de Puccini. Enfin, La Voix humaine de Poulenc, œuvre vocale phare du XXème siècle vous sera proposée lors des deux concerts. C’est Daniel Thonnard qui accompagnera les chanteuses au piano (sauf pour Vivaldi). Cette année, le Reine Elisabeth est dédié au violoncelle. Alors, pour tous ceux qui sont passionnés par le chant, rendez-vous à l’IMEP… !

Giana Canete Gallo
Contes et féérie
La magie des contes de fée permet à l’enfant de tout âge qui est en nous de créer son chemin vers l’acceptation et le développement de sa personnalité. Dès le 19ème siècle, un grand engouement pour «l’art populaire» ouvre tout un champ de compositions thématiques musicales sur les contes de fées. En Allemagne, dans la musique symphonique et dans le Lied, on entend résonner un cor au fond des bois… En France, les volutes tièdes de l’Orient bercent tous nos sens… Laissez-vous enchanter…

Gustav Mahler, Symphonie n.4, Das Knaben Wunderhorn, « Das himmlische Leben »
Felix Mendelssohn, Gesänge op.8, « Hexenlied »
Robert Schuman, Liederkreis op.39, « Waldesgespräch »
Giuseppe Verdi, Falstaff, Nanetta « Sul fil d’un soffio etesio »
Maurice Ravel, Schéhérazade, « La flûte enchantée »
Ambroise Thomas, Mignon, Philine « Je suis Titania la blonde »

Aurore Bureau
Wesendonck Lieder de Wagner
C’est entre 1857 et 1858 que Richard Wagner composa les Wesendonck Lieder, du nom de la poétesse Mathilde Wesendonck. Il séjournait alors chez elle et son mari, Otto Wesendonck, fuyant l’insurrection de mai à Dresde. Une passion naît alors entre Richard et Mathilde, source d’inspiration dans l’écriture de l’opéra Tristan et Isolde (relation impossible des deux héros). Prétexte à de multiples rencontres entre les 2 amants, Wagner met en musique les 5 poèmes de Mathilde: Der Engel (L’Ange),  Stehe still (Arrête!), Im Treibhaus (La Serre) – composé en dernier – , Schmerzen (Peines) et Traüme (Rêves). L’originalité de cette oeuvre tient principalement dans le fait qu’il ne s’agit pas d’un opéra et que les textes ne sont pas du compositeur. On retrouvera cependant dans Tristan et Isolde les mélodies de Traüme et Im Treibhaus. La version originale est écrite pour chant et piano. Wagner composera une orchestration de chambre pour Traüme à l’occasion du 29e anniversaire de Mathilde pour jouer la pièce sous sa fenêtre. L’orchestration des quatre autres Lieder sera composée plus tard par son chef d’orchestre, Mottl, en 1880.

Roxanna-Isaura Decocq
Hommage à Giacomo Puccini
Puccini, c’est l’élégance, la finesse, la précision. Par la large palette de sentiments qu’il explore à travers ses personnages, il permet au chanteur – et donc au public – de vivre intensément des émotions allant de la passion à l’extase, de la nostalgie au désespoir. L’exploitation des sentiments et la rigueur d’interprétation qu’il exige nous font descendre au fond de nous-mêmes pour y découvrir des ressources et des atouts parfois insoupçonnées. « Qui je suis ? Je suis poète. Ce que je fais ? J’écris. Et comment je vis ? Je vis ! » (Giacomo Puccini)

Vissi d’arte extrait de la Tosca
O mio babbino caro extrait de Gianni Schicchi
Un bel di, vedremo extrait de Madame Butterfly
Quando m’en vo extrait de La Bohème
Senza mamma extrait de Suor Angelica
Si,Mi chiamano Mimi extrait de La Bohème

Isabelle Jacques
La Voix humaine de Francis Poulenc
En 1958, Francis Poulenc reçoit une commande de la part du directeur des éditions Ricordi : mettre en musique le long monologue de Jean Cocteau « La Voix humaine », initialement destiné à Maria Callas. Le compositeur avait déjà mis en musique des textes de l’auteur. Bien entendu Poulenc écrira ce chef-d’œuvre pour son amie et interprète de toujours, Denise Duval. Si dans le texte de « La Voix Humaine », Poulenc salue la parfaite construction, l’œuvre représente tout de même un grand défi pour lui. Le mélodiste-né ne pouvait donner dans ce monologue, libre cours à son goût pour les grands airs et les belles lignes mélodiques. Francis Poulenc réussit donc à dompter ce texte extrêmement difficile, décousu, ce monologue de 40 minutes, cette suite de phrases inachevées et constamment entrecoupées. Il en a fait une œuvre emblématique du répertoire lyrique, un ouvrage d’une indéniable force dramatique, un drame psychologique et émotionnel. Jean Cocteau dira lui-même : « Mon cher Francis, tu as fixé, une fois pour toutes, la façon de dire mon texte. ». L’histoire raconte la conversation téléphonique entre une femme et son amant qui vient juste de la quitter. Pendant 40 minutes, elle se rappellera des bons moments, elle lui mentira, lui racontera son suicide, parlera de tout et de rien. Elle niera totalement la réalité et n’admettra pas la fin de leur histoire d’amour. Elle souffre tellement. Quand la conversation se terminera et qu’ils se diront adieu, elle retombera sur son lit, sans vie.

Amélia Jardon
Venise, sur des airs de Vivaldi
S’il est une musique qui est à même de révéler toute la magie de Venise, c’est bien celle d’Antonio Vivaldi, riche et débordante de vie, de puissance et de joie. Les années fastes du compositeur des Quatre Saisons, au début du XVIIIe siècle, furent en effet celles où la Sérénissime vivait ses plus grandes heures. Il y avait les fêtes, le carnaval, les jeux et les plaisirs. L’opéra, surtout, dont Venise était la capitale mondiale, et Vivaldi la vedette. Dans ce programme d’arias de Vivaldi, la mezzo-soprano Amelia Jardon revisite le répertoire baroque Vénitien dans cette première collaboration avec Emmanuel Grégoire et les musiciens Souad Bahbah, Marine Babakyan, Emeline De Belder, Jasmine Jardon, Mathieu Garnavaux, Bernard Guiot et Elise Tossens. Ces artistes vous proposent de faire revivre ce mouvement musical d’exception.

RV 156 – Concerto pour cordes en sol mineur. RV 718 – Ho il cor gia lacero (Opera – Grisela). RV 728 – Sol da te mio dolce amore (Opera – Orlando Furioso). RV 693 – Vaga perla (Serenade – La Sena festeggiante ). RV 644 – Agitata infido flatu (Oratorio – Juditha Triumphans). RV 684 – Ah ch’infelice sempre (Cantate – Cessate omai cessate). RV 697 – Io son rea dell’ onor mio (Opera – Argippo)

Les artistes
Jardon Amelia: Mezzo-soprano. Grégoire Emmanuel: Historien de l’art. Bahbah Souad: Violon (1). Babakyan Marine: Violon (2). De Belder Emeline: Alto. Jardon Jasmine: Violoncelle. Garnavaux Mathieu: Contrebasse. Guiot Bernard: Clavecin. Tossens Elise: Flûte traversière.

Section Pédagogique de l’IMEP

Se former dans la section pédagogique de l’IMEP c’est…

  • Se former à enseigner et transmettre sa passion de la musique.
  • Acquérir une maîtrise suffisante de sa voix, de son corps et d’un instrument accompagnateur en tant qu’outil du musicien.
  • Faire des recherches et développer un intérêt pour d’autres champs musicaux.
  • Développer des techniques d’apprentissage pour favoriser la pratique musicale, l’ouverture culturelle, la créativité, la maitrise technique, l’intelligence artistique et l’autonomie.
  • Être souvent amené à aller sur le terrain et se retrouver rapidement en situation de stage.
  • Vivre, concevoir et mener des projets musicaux de qualité.
  • Devenir un acteur culturel dans la société.
peda

Lire la suite…

L’ OrgueStudio

L’OrgueStudio, un nouveau projet pour l’enseignement de l’orgue

Un nouvel enseignement de l’orgue a fait son apparition dans le paysage des Hautes Écoles des Arts. En septembre dernier, Guido Jardon, directeur de l’IMEP, a confié à Benoît Mernier, professeur depuis 2002 et à Cindy Castillo, lauréate de l’Institut et du Conservatoire National Supérieur de Paris, la mission d’apporter de nouvelles perspectives aux études supérieures d’orgue dans le but d’atténuer les décalages existants entre l’orgue et le monde artistique actuel et de permettre aux étudiants organistes de trouver leur voie dans ce monde-là une fois leur diplôme obtenu. À nouveau départ, nouveau nom. Les études d’orgue et d’improvisation à l’IMEP ont été rebaptisées OrgueStudio.

Cette nouvelle appellation sous-entend plusieurs significations complémentaires: l’idée d’une pédagogie de la pratique de l’orgue à travers une dimension scénique; l’élaboration de projets menés avec différents partenaires permettant d’élargir l’horizon du monde organistique et de nourrir l’imaginaire des étudiants; une approche conjuguée du répertoire et de la créativité (sous forme écrite et improvisée); une réflexion prospective sur l’orgue, sa réalité, son avenir…

Lire la suite…