• Partenaires

     
    Namur Confluent Culture
     
    WBI
     
    Les amis de l'IMEP
     
    WBI
     
     
     
     

FESTIVAL DE PIANO – EDITION 2018

le 22 octobre 2018 à 19:04

APRES COUP FESTIVAL DE PIANO – EDITION 2018

Ce furent une fois de plus des feux d’artifices qui se sont succédés dans notre belle salle de concert de l’IMEP. Vendredi soir, le beau Steinway de concert a vibré et a fait vibré le public sous les doigts magiques de Roberto Giordano dans un programme consacré au « voyage » où le Schumann des Blümenstücke et du Carnaval de Vienne a côtoyé harmonieusement le Debussy des Préludes et des Estampes. L’art de la couleur et du toucher du clavier ont été illustrés de façon magistrale par ce splendide artiste, professeur à l’IMEP et Directeur de l’Accademia Pianistica Internazionale « Incontri col Maestro » de Imola.

Samedi soir, c’était au tour de Ewald Demeyere de nous emmener dans un voyage pour le moins différent, puisqu’au son de son propre clavecin illustrant les musiques de Louis et François Couperin ainsi que de Claude Balbastre. Un son clair et orchestré d’une puissance insoupçonnée a servi à merveille ce répertoire qui a élargi la palette d’écoute d’un public particulièrement attentif. Une expression certes différente, mais tellement présente et subtile qui a permis de mettre en évidence ce noble « grand frère » du piano de concert actuel. Un petit clin d’oeil aussi pour noter l’ouverture de la section musique ancienne de notre Institut, et l’arrivée entre autres dans le corps professoral de Ewald Demeyere comme professeur de clavecin.

En clôture du festival, un premier monument, Jean-Sébastien Bach; un deuxième monument, les variations Goldberg; et un troisième monument, la très jeune pianiste Gile Bae, 24 ans, qui a donné à cette oeuvre magistrale la dimension exceptionnelle qu’elle nécessite pour une audition publique. Une interprétation à la fois sensible, personnelle, incarnée, très contrastée, époustouflante de musicalité, de virtuosité, de maîtrise. Elle est parvenue à donner une jeunesse radieuse à ce monument.

Côté masterclass, la pianiste et pédagogue hollandaise Marlies van Gent, professeur au Conservatoire de musique de La Haye ainsi qu’à l’Accademia Pianistica Internazionale « Incontri col Maestro » de Imola, a partagé ses compétences et son expérience avec les étudiants toute la journée de samedi. Toucher à l’essentiel en peu de mots est visiblement un Art éprouvé chez cette pédagogue d’exception.

C’est Diane Andersen qui a suivi dimanche après-midi. Cette grande dame du piano belge nous a fait l’honneur de sa présence malgré un pied cassé qui n’enlevait rien ni à sa pédagogie s’adaptant parfaitement à chaque étudiant, ni à l’immense culture musicale qui est la sienne. Elle écrivait suite à ce Festival : « J’ai eu beaucoup de plaisir à me retrouver parmi vous hier et écouter ces jeunes musiciens passionnés. C’est toujours intéressant de découvrir des personnalités différentes et  contribuer pendant quelques moments à élargir leur vécu musical ».

Différents ateliers ont ponctués le festival. La posturologie était mise à l’honneur avec Joseph Quoidbach, professeur de cette discipline dans notre institut. Michaël Grailet, l’artisan du piano, a quant à lui dirigé des ateliers consacrés à la facture instrumentale. C’était l’occasion pour les participants de se remémorer le fonctionnement d’un piano en pratiquant une autopsie soignée allant à la découverte mécanique de l’instrument.

Une « carte blanche » était consacrée aussi à Michaël Grailet qui a pu ainsi instruire le public sur son parcours de musicien, en partie formé à l’IMEP, et de technicien au piano. Des prestations d’étudiants sont venues ponctuer cet échange fructueux. Comme chaque année, Emmanuel Grégoire a offert une audition commentée. Lucas Lemage et Maxime Pouillon, deux anciens étudiants, ont interprété la fantaisie en fa mineur pour 4 mains de Schubert. Ce moment qui parut bien trop court nous a donné une piste d’écoute de ce chef d’oeuvre, expliquant dans les grandes lignes son organisation et sa structure. Sa mise en parallèle avec les autres chefs d’oeuvre contemporains de l’histoire de l’art a comme à l’accoutumée ouvert les horizons d’une salle comble et particulièrement attentive. (Fabian Jardon)

Une édition 2019 est déjà annoncée qui sera tout aussi riche et diversifiée.





Section Pédagogique de l’IMEP

Se former dans la section pédagogique de l’IMEP c’est…

  • Se former à enseigner et transmettre sa passion de la musique.
  • Acquérir une maîtrise suffisante de sa voix, de son corps et d’un instrument accompagnateur en tant qu’outil du musicien.
  • Faire des recherches et développer un intérêt pour d’autres champs musicaux.
  • Développer des techniques d’apprentissage pour favoriser la pratique musicale, l’ouverture culturelle, la créativité, la maitrise technique, l’intelligence artistique et l’autonomie.
  • Être souvent amené à aller sur le terrain et se retrouver rapidement en situation de stage.
  • Vivre, concevoir et mener des projets musicaux de qualité.
  • Devenir un acteur culturel dans la société.
peda

Lire la suite…