• Partenaires

     
    Namur Confluent Culture
     
    WBI
     
    Les amis de l'IMEP
     
    WBI
     
     
     
     

Rentrée académique 2020-2021 – Discours – Photos

le 22 septembre 2020 à 08:19

Rentrée académique 2020-2021 – 18 septembre

Discours de bienvenue du Président de l’IMEP, Henri Bogaert

Monsieur le Directeur, chers professeurs, chers parents, chers étudiants, qui êtes présents ici ce soir, et aussi chers amis qui nous suivent nombreux sur leur ordinateur ou sur leur smartphone. C’est à une rentrée académique bien singulière que nous sommes conviés cette année. Nous sommes peu nombreux dans la salle de concert, uniquement les étudiants qui sont diplômés et leur parents, mais plus nombreux sont ceux qui nous écoutent par le miracle des technologies de l’information et de la communication. C’est peut-être sur ce mode opératoire que se déroulera une bonne partie de l’année.

L’année 2019-2020 s’est terminée avec succès sinon avec gaité. Dès la mise en place de la période de confinement au mois de mars, il a fallu revoir complètement l’organisation de notre enseignement. En quelques jours, on est passé en mode visioconférence, cours à distance, évaluations d’un nouveau genre et, même, fourniture d’instruments pour les étudiants qui n’en disposaient pas dans leur kot. Une remarquable réactivité de la part de la direction, du personnel administratif et des professeurs qui n’ont pas ménagé leurs efforts ni les heures supplémentaires. Leur implication à tous doit être saluée et ce n’est pas sans admiration que le conseil d’administration a vu l’IMEP tout entier se mettre en ordre de marche. Je voudrais remercier tous ceux qui se sont dévoués pour faire en sorte que l’enseignement de l’IMEP se poursuive dans les meilleures conditions, certes en abandonnant certaines prestations comme les concerts, la fête des 50 ans de l’IMEP. Fête qui devait consacrer le fait que l’IMEP est devenu maintenant un institut « royal » (comme les conservatoires royaux). Je pense aussi aux étudiants qui n’ont plus pu jouer de leur instrument devant un public sinon la bulle de 5 ou de 10, toujours les mêmes, peut-être à la fin un peu lassés d’ailleurs. Je pense surtout à tous ceux qui se sont sentis isolé, sans motivation ou même abandonné.L’agilité d’un organisme est, aujourd’hui, dans ce contexte de grande incertitude une qualité essentielle. Elle demande évidemment que tous, étudiants et professeurs, fassent preuve de la même agilité avec bonne volonté et détermination pour le bien commun.

Le bien commun, voilà bien ce qui caractérise notre époque. Nous mettons un masque, nous observons les règles de distanciation, non pas d’abord pour nous protéger nous, mais pour protéger les autres et ainsi empêcher la pandémie de se répandre. Que fait d’ailleurs un musicien sinon œuvrer pour le bien commun. Pour cette année académique, le code est jaune, des règles sont établies et doivent être respectées et ce n’est facile pour personne. Je suis sûr que vous serez tous respectueux des autres car, vous le savez bien, c’est sur le comportement de chacun de nous que nous pourrons vivre avec ce maudit virus. Mais, un rebond de la pandémie n’est pas exclu. D’autres scénarios d’organisation seront possibles allant jusqu’à un reconfinement. Code orange, code rouge, il faudra faire preuve d’agilité !

La crise que nous connaissons a aussi du bon : elle nous force à innover, à nous réinventer. Nous sommes entrés dans l’ère des technologies de l’information et de la communication. L’industrie de la musique a évolué avec ces technologies. Pourquoi n’en est-il pas de même pour l’enseignement ? Avec le confinement, on a été forcé dare-dare d’utiliser ces technologies de manière plus intensive. Et on a constaté que cela marche. Le télétravail, les vidéoconférences sont maintenant devenus choses courantes. Pour certaines activités on a pu voir que l’utilisation appropriée de ces technologie dans l’enseignement supérieur est réellement efficace et les échos que j’ai de la mise en œuvre de l’enseignement à distance à l’IMEP depuis le confinement vont bien dans ce sens.

Par contre, l’enseignement on line a aussi des inconvénients et des limites : manque de convivialité, de dialogue non verbal et de chaleur humaine. Et puis, l’intérêt, le charme des études supérieures réside aussi dans leur ambiance particulière. On apprend ensemble et, souvent, on apprend beaucoup des autres étudiants.

On a aussi constaté que le télétravail diminue le sentiment d’appartenance au groupe, à l’institution. Il faut renforcer les liens d’appartenance à la communauté des imépiens, que ce soit pour les étudiants, les anciens étudiants ou même les professeurs. Il faut que l’on soit fier d’appartenir à cette communauté et le faire savoir. A mon sens, il est encore plus important aujourd’hui d’investir pour qu’Internet et, de manière générale, les technologies de l’information et de la communication y contribuent plus largement à l’avenir. Parmi les nombreux défis que pose cette situation nouvelle, j’en vois trois, particulièrement importants.

D’abord, se réinventer, innover dans la manière de prodiguer l’enseignement ou d’évaluer les étudiants tout en brisant le sentiment d’isolement, voilà, je crois le mot d’ordre des années qui viennent. Il faut y consacrer des ressources humaines et financières, mais surtout beaucoup de bonne volonté et de détermination de la part de chacun.

Deux, La réforme de la formation initiale des enseignants votée par le parlement de la FWB va elle-même être réformée notamment dans le sens demandé par les ESA. Nous en sommes très heureux. Elle doit être mise en place et exige, là-aussi, des remises en question et du stress. Dans les circonstances actuelles n’est-ce pas le stress de trop ?

Trois, l’afflux d’un nombre toujours plus grand d’étudiants (525, semble-t-il). Le bâtiment le plus ancien sera rénové d’ici peu et fournira non seulement un meilleur environnement acoustique, mais aussi des locaux mieux adaptés et des studios d’enregistrement essentiels aujourd’hui. Donc, un peu de patience. Patience aussi parce que vous aurez bien perçu toute la difficulté de concevoir un campus où il faut à la fois accueillir plus d’étudiant et assurer des distances sociales.

L’IMEP devra relever ces défis. Je ne doute pas que sous la conduite du Directeur général, Guido Jardon, l’IMEP pourra une nouvelle fois transformer ces défis en succès. Et surtout que ces succès pourront bénéficier à la qualité de l’enseignement de l’IMEP, tout en préservant l’ambiance d’entraide et de respect mutuel qui nous caractérisent.

Je voudrais terminer en félicitant les étudiants diplômés et en leur souhaitant une belle carrière professionnelle où vous porterez haut les couleurs de l’IMEP.

Je voudrais encore une fois remercier au nom de tous les membres du Conseil d’administration le directeur et son staff, les professeurs ainsi que tous ceux qui nous épaulent. Vos encouragements sont importants, n’en soyez pas économe, particulièrement en ces temps difficiles.
Bonne année académique 2020-2021.

Discours de Guido Jardon, Directeur général

Mesdames et Messieurs, Chers amies et amis, Chères étudiantes, chers étudiants,

Bienvenue à l’IMEP, Institut supérieur de Musique et de Pédagogie…. Royal !

Moi qui pensais, comme le premier Directeur de l’IMEP, Paul Léonard, avoir « tout vu à l’IMEP », j’étais loin du compte ! Pour la première fois depuis sa création, l’Institut ferma les portes de ses bâtiments en pleine année académique, le 18 mars 2020.

Contraints de nous réinventer en toute urgence, nous avons été forcés de vivre, d’enseigner, de communiquer et de partager autrement ! L’autonomie forcée et renforcée des membres du personnel et des étudiants a notamment mis en évidence la nécessité d’une confiance indispensable et réciproque qui se mérite jour après jour. Nous avons fait de ces changements imposés par les circonstances une occasion unique à saisir.

En optimisant les outils qui figuraient déjà en germes dans les choix stratégiques que j’avais proposés lors de mon premier mandat, le lien entre pédagogie et informatique s’est retrouvé plus que jamais au centre de l’apprentissage. Bien entendu, rien ne remplacera jamais un cours « en présentiel ». L’enseignement artistique ne peut se passer de l’écoute pleine, physique et directe d’un professeur. Mais, reconnaissons-le, la valeur ajoutée des nouveaux outils mis en œuvre par mes équipes, pédagogique, informatique et administrative est remarquable.

Par ailleurs, alors que nous apprenons à vivre avec une incertitude devenue coutumière, les questions relatives au devenir de notre société, de l’éducation, des métiers artistiques et du monde culturel nous interpellent de plus en plus.

Que va devenir notre société ? Comment préserver notre capital culturel musical ? Quel est l’avenir de l’éducation, des métiers artistiques et du monde culturel frappés de plein fouet ? Quelle est la position des Arts dans la société de demain ? A l’IMEP, nous restons déterminés et convaincus par leur importance essentielle pour l’épanouissement de tout un chacun ! Mais qu’en pensent nos premiers acteurs, ceux qui sont la raison d’être de notre Institution : nos étudiants ? Tout d’abord ceux qui sont déjà inscrits. Nous les avons interrogés dans une grande enquête menée par notre Coordinatrice qualité, Madame Catherine Miller. C’est interpellant et réjouissant : ils ont été presque 50 % à répondre avec pertinence et à partager leurs points de vue, leurs ressentis, leurs difficultés, leurs demandes, leurs mécontentements mais aussi leur satisfaction…

Je tiens à les en remercier publiquement. Merci d’être simplement authentiques, ni gentils, ni méchants, simplement vrais ! Je le dis avec une profonde détermination : leur écoute et la communication avec le Conseil des étudiants et sa nouvelle présidente resteront pour moi une priorité absolue.

Viennent les nouveaux … c’est encore plus parlant ! Dans le cadre de cette incertitude pour notre avenir, celui du métier artistique, comment allaient-ils réagir ? Il y a un an, nous atteignions le cap symbolique des 450 étudiants et ce pour la première fois depuis la création de l’IMEP en 1970. En dépit de la crise de la COVID et à ce jour, 525 étudiants sont inscrits à l’IMEP, toutes disciplines confondues. 69,3% sont de nationalité belge et 30,7 % de nationalités étrangères. Ces derniers sont issus de 26 pays dont 18 hors Europe.

Osons un constat : les mesures mises en place durant la crise de 2020, qu’elles soient organisationnelles, communicationnelles, pédagogiques ou sociales ont été positives, malgré la difficulté de leur mise en place.

Le projet pédagogique de l’IMEP, l’ouverture vers les métiers actuels, la réalité du marché musical et l’insertion professionnelle correspondante répondent à une attente impérative des jeunes.

Cette augmentation générale de 17 % est rassurante pour nous ; elle nous encourage à poursuivre notre stratégie à la fois audacieuse mais également prudente en se rappelant que « nos étudiants doivent être à juste titre extrêmement exigeants et qu’ils ont le droit de l’être ». (Projet pédagogique et artistique du 16 novembre 2012 de Guido JARDON

Ils ont entendu, compris et je le répète haut et fort que l’Institut Royal Supérieur de Musique et de Pédagogie est à leur service et au service de leur avenir professionnel.
C’est la raison pour laquelle notre ligne de conduite sera de garder la qualité comme cap… La chose n’est pas aisée dans une société où le rapport à l’effort et au savoir est en plein bouleversement. Nous devons garder avec humilité la conscience de nos limites et rester connectés au monde tout en gardant à l’esprit qu’une bonne communication n’est efficace que si elle est l’écho d’une excellence cultivée au jour le jour dans toutes les formations dispensées par notre Institut qui se veut un véritable creuset de l’innovation culturelle. Le succès d’aujourd’hui ne doit pas devenir un écran qui masque l’avenir. Si l’Institut connaît cette dynamique positive, c’est qu’il a toujours su se remettre en question et regarder loin pour prendre les décisions qui s’imposent. Ce qui est éclatant un jour peut être dépassé le lendemain, nous ne le savons que trop bien dans un univers artistique en pleine mutation. Il nous faut donc garder les yeux grands ouverts, le regard tourné vers l’horizon.

Plus que jamais, l’étudiant reste au centre de nos actions et de notre mission.

Former des musiciens et des pédagogues au sens plein du terme, c’est la raison d’être de l’IMEP et cela doit rester une motivation fondamentale. Mais former, cela ne se limite pas à dispenser une formation : nous devons également préparer les étudiants à leur insertion dans le monde professionnel comme nous le faisons depuis de nombreuses années. Cela ne se limite pas non plus à une élite : le succès réjouissant de certains de nos étudiants ne doit pas occulter les difficultés que peuvent rencontrer d’autres. Enfin, cela ne se limite pas non plus à transférer le savoir du maître vers l’élève : les étudiants ont leurs exigences légitimes que nous avons le devoir d’écouter.

Notre responsabilité est pleinement engagée.

Je suis heureux, Mesdames, Messieurs, très chers étudiantes, très chers étudiants, de construire avec vous le chemin de la pérennisation de l’IMEP, Institut Royal de Musique et de Pédagogie : un Institut humaniste, ouvert, tolérant qui sera demain celui que vous construisez aujourd’hui. Continuons ensemble à partager généreusement l’émotion, l’amour et la passion de la musique qui animent l’Institut depuis 50 ans ! Je vous remercie pour votre attention et je déclare ouverte l’année académique jubilaire 2020-2021 ! Et de vous le dire en présentiel, ça fait du bien ! Guido Jardon , Directeur de l’IMEP, 17 septembre 2020

Discours de bienvenue de la Présidente des Etudiants, Valentine Oster

M. le Directeur, M. le Président du pouvoir organisateur Chers professeurs et élèves, Mesdames et Messieurs,

Je m’adresse à vous ce soir en tant que présidente du conseil des étudiants ou en d’autres mots, en tant que porte-parole des étudiants. Si je peux me présenter en tant que telle, c’est parce que nous avons la chance de nous trouver dans une école où les étudiants sont entendus et représentés.
Et oui ! Le conseil des étudiants ne sert pas simplement à organiser la pause de 16h, c’est bien plus que ça !

En effet, il agit en autres au sein du conseil social, permettant de soutenir financièrement et psychologiquement nos étudiants en difficulté. Mais aussi dans le Conseil de Gestion Pédagogique où professeurs, corps administratif et nous-même travaillons pour sans cesse améliorer le bon fonctionnement de l’Institut.

Bref, le conseil étudiants vous sert à vous, les étudiants ! C’est d’ailleurs pourquoi nous aimerions mettre en place cette année, une « boîte aux lettres » afin d’élargir nos canaux de communications. Nous en placerons une à la rotonde où chaque étudiant y sera libre de déposer une remarque, une recommandation ou encore un remerciement. Ce sera un moyen de communication facile et accessible entre le Conseil et les étudiants afin qu’ils puissent être entendus à tout moment et de manière anonyme.

Après cette longue période particulière que nous avons passé, il nous a semblé primordial d’accueillir les étudiants du mieux que nous pouvions.
Il nous a donc paru naturel d’approfondir ce beau projet de parrainage mis en place l’an passé avec une soirée plus élaborée avec des jeux et autres divertissements « brise-glace ». Cette soirée sera un premier pas vers l’intégration des nouveaux étudiants.

Au nom du conseil des étudiants, je félicite les diplômés de cette année pour leur parcours à l’IMEP et j’en profite pour remercier ceux qui sont passés par le conseil et qui ont donné de leur temps aux autres étudiants. Merci également à toutes les personne qui s’investissent dans le bon fonctionnement de l’institut et qui font de l’IMEP ce qu’il est aujourd’hui : un établissement qui permet à chaque élève de s’épanouir et de trouver sa place dans le monde professionnel. Pour finir, je tiens à vous remercier Monsieur le Directeur, pour toute l’énergie que vous investissez dans cet institut. Le Conseil des étudiants vous remercie également du soutien et de la disponibilité que vous nous accordez constamment.Il ne me reste plus qu’à souhaiter la bienvenue aux nouveaux étudiants et une excellente année académique ! Merci pour votre attention.

Valentine Oster, Présidente des Etudiants

Revivez la rentrée académique en cliquant sur ce lien :

https://www.youtube.com/watch?v=nQZrhRm86lo&feature=youtu.be

Photos: Charlie Guillaume








Section Pédagogique de l’IMEP

Se former dans la section pédagogique de l’IMEP c’est…

  • Se former à enseigner et transmettre sa passion de la musique.
  • Acquérir une maîtrise suffisante de sa voix, de son corps et d’un instrument accompagnateur en tant qu’outil du musicien.
  • Faire des recherches et développer un intérêt pour d’autres champs musicaux.
  • Développer des techniques d’apprentissage pour favoriser la pratique musicale, l’ouverture culturelle, la créativité, la maitrise technique, l’intelligence artistique et l’autonomie.
  • Être souvent amené à aller sur le terrain et se retrouver rapidement en situation de stage.
  • Vivre, concevoir et mener des projets musicaux de qualité.
  • Devenir un acteur culturel dans la société.
peda

Lire la suite…