Présentation des activités de l’IMEP

Concert symphonique 7 et 8 mai 2016
(1re partie)

Concert symphonique 7 et 8 mai 2016
(2e partie)

Il Bel Canto – Concert lyrique du 28 novembre 2015
(1ère partie)

  • Partenaires

     
    Namur Confluent Culture
     
    WBI
     
    Les amis de l'IMEP
     
    Fondation Baron Arthur Grumiaux
     
    WBI
     
     
     

HOMMAGE À MESSIAEN

le 6 mars 2017 à 20:00

Lundi 06/03/17 à 18H00: Nigel Simeone présente « À la gloire de Dieu et de la nature: Réflexions sur Olivier Messiaen ».

Nigel Simeone est un musicologue, compositeur, professeur de musique et chef d’orchestre britannique. Il s’intéresse particulièrement à la musique de Leos Janacek, à la musique française du XXème siècle (spécialement Olivier Messiaen) et à la musique à Paris durant l’occupation allemande. En 2008, il a obtenu le Prix René Dumesnil de l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France. Il a écrit et co-écrit de nombreux livres, notamment sur Messiaen, Janacek, Bernstein, et a publié un grand nombre d’articles dans des journaux scolaires. Il commente régulièrement des œuvres, comme le Dialogue des Carmélites à la Royal Opera House, ou encore l’opéra Andrea Chénier de Giordano, la Turangalila Symphonie de Messiaen ou le Jenufa de Janacek. Pendant douze ans, il a rédigé des livrets de CD pour l’International Record Review. Concernant Messiaen plus particulièrement, il a publié un catalogue de ses œuvres (Schneider, 2000), une étude des « Oiseaux exotiques » (Ashgate, 2007) et de nombreux articles sur le compositeur français. Depuis 2005, il donne des conférences au Festival Messiaen au Pays de la Meije.

Olivier Messiaen était l’un des esprits musicaux les plus individuels du XXème siècle. La conférence que donnera Nigel Simeone a pour but de mettre en lumière les thèmes qui ont influencé sa musique et les façons dont sa foi religieuse et ses techniques innovantes sont communiquées dans sa musique. Dès l’enfance, Messiaen a été enchanté par la nature, en particulier le chant des oiseaux, et dans des œuvres telles que « Le merle noir », il a trouvé une façon unique d’introduire les sons de la nature dans sa musique. Pour Messiaen, la nature est d’abord éblouissement. Il y contemple Dieu qui en est la Source, il y jette le regard du chrétien qui croit que « dans et par le Verbe, tout a été fait ». Messiaen contemple également en Dieu le terme, la finalité de la création. C’est pour cela que sa musique est toute imprégnée de la gloire de Dieu. Il médite non seulement sur Dieu comme  Oméga », càd terme de la création, mais aussi comme « Alpha », càd origine de la création. « Pour moi, le chant de la Grive des bois symbolise cet archétype que Dieu a voulu pour nous dans la prédestination, que nous déformons plus ou moins au cours de la vie terrestre, et qui ne se réalise pleinement que dans notre vie céleste, à la résurrection. » (Messiaen, commentaire de « la Grive des bois », extrait de « Des canyons aux étoiles »)

Lundi 06/03/17 – 20H00 – Salle de Concert de l’IMEP – Pas de réservation.

Rencontre avec l’un des plus grands compositeurs français du XXème siècle dans le cadre du 25ème anniversaire de sa mort, au travers d’un programme riche et varié interprété par les étudiants et professeurs de l’IMEP.

Féru d’ornithologie, Messiaen passait des jours et des jours dans la nature à écouter les chants d’oiseaux, « les premiers musiciens du monde ». Avec patience et passion, il parcourait les chemins et les bois pour entendre et noter les chants d’un maximum de passereaux. Les chants d’oiseaux sont très aigus, très rapides, et utilisent parfois de très petits intervalles. Pour les rendre compréhensibles et audibles à nos oreilles parfois limitées en termes d’audition des sons aigus, pour les rendre jouables sur des instruments ne connaissant que le demi-ton comme plus petit intervalle, Messiaen a opéré des adaptations de tessiture, de rythme et d’écarts entre les sons. Messiaen est aussi un fervent catholique, un mystique et un théologien. Connaissant parfaitement les Saintes Ecritures, il baigne ses compositions de la foi qui l’anime. Ses œuvres sont comme des homélies sonores, des commentaires ou des peintures ouvrant sur l’Amour de Dieu pour les hommes.

Les « Vingt Regards sur l’Enfant Jésus » (cycle pour piano solo) sont vingt pièces illustrant différents regards portés sur Jésus nouveau-né. « Le Merle noir », pour flûte solo, est une pièce d’une extrême difficulté, mais courte comparativement aux autres œuvres de Messiaen (environ 5 minutes), où l’on retrouve les différents types de chant de cet oiseau de chez nous. Organiste lui-même, Messiaen a laissé une importante œuvre d’orgue où l’on retrouve toutes les caractéristiques du compositeur : les « modes à transposition limitée » (càd des gammes non pas majeures ou mineures, mais utilisant d’autres alternances des tons et demi-tons), les rythmes « non-rétrogradables » (càd que, lus à l’endroit ou à l’envers, ils donnent le même résultat, un peu comme les palindromes linguistiques), mais aussi, bien sûr, la foi, les chants d’oiseaux, etc…

Après ces œuvres pour instruments solistes, le concert se poursuivra avec deux œuvres pour ensembles : une pièce pour piano et quatuor à cordes, et des extraits du très fameux « quatuor pour la fin du Temps ». Composé en 1940 alors que Messiaen est déporté au Stalag de Görlitz en Silésie, il sera interprété la première fois en janvier 1941 par un froid sibérien, dans le camp même, sur des instruments délabrés et avec des compagnons musiciens faits prisonniers comme lui. Environ 500 prisonniers ont assisté à ce concert de musique contemporaine, message d’espoir dans les ténèbres des camps. L’Apocalypse de saint Jean dont Messiaen s’est inspiré pour écrire cette œuvre annonce en effet la joie éternelle qui suivra le retour du Christ aux temps derniers.

(Crédit photo: Claude Samuel, Paris)

Section Pédagogique de l’IMEP

Se former dans la section pédagogique de l’IMEP c’est…

  • Se former à enseigner et transmettre sa passion de la musique.
  • Acquérir une maîtrise suffisante de sa voix, de son corps et d’un instrument accompagnateur en tant qu’outil du musicien.
  • Faire des recherches et développer un intérêt pour d’autres champs musicaux.
  • Développer des techniques d’apprentissage pour favoriser la pratique musicale, l’ouverture culturelle, la créativité, la maitrise technique, l’intelligence artistique et l’autonomie.
  • Être souvent amené à aller sur le terrain et se retrouver rapidement en situation de stage.
  • Vivre, concevoir et mener des projets musicaux de qualité.
  • Devenir un acteur culturel dans la société.
peda

Lire la suite…

L’ OrgueStudio

L’OrgueStudio, un nouveau projet pour l’enseignement de l’orgue

Un nouvel enseignement de l’orgue a fait son apparition dans le paysage des Hautes Écoles des Arts. En septembre dernier, Guido Jardon, directeur de l’IMEP, a confié à Benoît Mernier, professeur depuis 2002 et à Cindy Castillo, lauréate de l’Institut et du Conservatoire National Supérieur de Paris, la mission d’apporter de nouvelles perspectives aux études supérieures d’orgue dans le but d’atténuer les décalages existants entre l’orgue et le monde artistique actuel et de permettre aux étudiants organistes de trouver leur voie dans ce monde-là une fois leur diplôme obtenu. À nouveau départ, nouveau nom. Les études d’orgue et d’improvisation à l’IMEP ont été rebaptisées OrgueStudio.

Cette nouvelle appellation sous-entend plusieurs significations complémentaires: l’idée d’une pédagogie de la pratique de l’orgue à travers une dimension scénique; l’élaboration de projets menés avec différents partenaires permettant d’élargir l’horizon du monde organistique et de nourrir l’imaginaire des étudiants; une approche conjuguée du répertoire et de la créativité (sous forme écrite et improvisée); une réflexion prospective sur l’orgue, sa réalité, son avenir…

Lire la suite…