Présentation des activités de l’IMEP

Concert symphonique 7 et 8 mai 2016
(1re partie)

Concert symphonique 7 et 8 mai 2016
(2e partie)

Il Bel Canto – Concert lyrique du 28 novembre 2015
(1ère partie)

  • Partenaires

     
    Namur Confluent Culture
     
    WBI
     
    Les amis de l'IMEP
     
    Fondation Baron Arthur Grumiaux
     
    WBI
     
     
     

JODIE DEVOS et la CAMERATA – IMEP

le 20 novembre 2016 à 17:00

041_160426Nam_ImepMathilde - copie
(Crédit photo: Pierre Foor)

CONCERT EXCEPTIONNEL de la soprano Jodie DEVOS (2ème lauréate du Concours Reine Elisabeth 2014) avec la CAMERATA IMEP, Direction artistique: George TUDORACHE. « Entre Scandinavie et Amérique du Sud » (Oeuvres de E. Grieg, J. Sibelius, A. Ginastera, O. Golijov, A. Piazzola).

Dimanche 20 novembre 2016 à 17H00. Amphithéâtre Pedro Arrupede l’Université de Namur Accès via la rue Grangagnage, parkings de l’UNamur accessibles gratuitement.

Les organisateurs vous retrouveront au bar qui sera ouvert après le concert. L’entièreté des recettes de la soirée sera consacrée aux projets de l’IMEP.

P.A.F.: Prix des places : 25 € ( étudiants 12-26 ans: 12 €, -de 12ans gratuit ), placement libre.
Compte des amis pour les réservations concert par téléphone: BE25 7320 3198 4082 des Amis de l’IMEP.

Vous pouvez vous inscrire au concert de préférence au moyen de ce lien : www.unamur.be/anciens/IMEP

Ou bien par téléphone en semaine de 14H00 à18H00 au 0475 36 75 41.

George TUDORACHE, direction artistique

Disciple de Jean-Jacques Kantorow et Svetlin Roussev au Conservatoire Supérieur de Paris, George Tudorache est concertmeister de l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège depuis janvier 2012. Son parcours musical inclut des collaborations avec l’Orchestre Symphonique de Londres, l’Orchestre Philharmonique de Londres, l’Orchestre Symphonique de Berlin, l’Orchestre de la Radio de Cologne, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre Capitole de Toulouse, l’Orchestre National de Lyon… Il est lauréat de plusieurs concours internationaux dont Rodolfo Lipizer (Gorizia, 2012), Colmar–Strasbourg (2011), Flame (Paris, 2010), Jeunesses Musicales (Bucarest, 2000). Depuis 2010, il est également concertmeister et soliste de l’Orchestre de Chambre Nouvelle Europe, avec lequel il se produit dans une trentaine de concerts par an. C’est également un interprète passionné de musique de chambre. Avec la pianiste Claudia Bara et le violoncelliste Johann Bohorquez, il forme d’ailleurs depuis 2014 le Trio avec piano Eliade. En 2015, il participe au Concours Reine Élisabeth. Sa prestation en demi-finale a été très appréciée par la presse internationale et le public. George Tudorache il est invité à donner des masterclasses en Belgique, France Allemagne, Suisse, Roumanie…

IMG-20160424-WA0000

Jodie DEVOS, soliste

Après avoir étudié à l’IMEP auprès de Benoît Giaux et Élise Gäbele, Jodie Devos obtient un Master of Art à la Royal Academy of Music de Londres, dans la classe de Lillian Watson en 2013. En 2014, Jodie Devos remporte le Deuxième prix et le prix du public du Concours Reine Elisabeth de Belgique. Elle est également lauréate de plusieurs concours nationaux, comme le Concours Bell’Arte, le Fonds Thirionnet, Les Nouveaux Talents de l’Art lyrique et le Prix Jacques Dôme. Elle est Artiste Jeune Talent de l’année 2015 pour les International Classical Music Award (ICMA). Jodie Devos donne de nombreux récitals et concerts à travers le monde : Belgique, France, Allemagne, Pays-Bas, Inde, Canada, Pologne, Brésil. En 2014, elle intègre l’académie de l’Opéra Comique à Paris où on a pu l’entendre dans La Chauve Souris et Les Mousquetaires au Couvent.

Quelques mots sur les oeuvres…

La Suite Holberg, opus 40 d’Edvard Grieg (norvégien, 1843-1907) est une suite en cinq mouvements écrite afin de célébrer le bicentenaire de la naissance du dramaturge et auteur danois Ludvig Holberg (1684-1754), né dans la même ville que Grieg. Originellement intitulée « Suite dans le style ancien », l’œuvre respecte un découpage traditionnel dans la musique baroque du XVIIIème siècle  (prélude, sarabande, gavotte, air et rigaudon), mais contient également de nombreux accents folkloriques chers au compositeur norvégien. La pièce avait été écrite originellement pour piano. Grieg en a ensuite fait une version pour orchestre.

Osvaldo Golijov (1960- * ) est né et a grandi en Argentine dans une famille originaire de Roumanie et d’Ukraine qui s’était installée en Amérique latine dans les années 1920. Dès sa toute petite enfance, il est baigné par la musique : sa mère enseigne le piano, il côtoie la musique liturgique juive et est influencé autant par le klezmer que par le nouveau tango d’Astor Piazzola. Après avoir émigré en Israël pendant trois ans, il habite maintenant aux USA. La première chanson s’inspire d’une berceuse Yiddish et d’une chanson roumaine (une « doina »), et se termine par un galop (cette chanson se retrouve dans le film « The Man who cried »). Une autre chanson, sur des poèmes d’Emily Dickinson, illustre la mort brutale d’un ami dans un accident. La dernière est écrite en galicien et on la retrouve dans la Passion selon saint Marc de Golijov.

Ayant pris conscience de l’impasse dans laquelle se trouvait le tango, et cherchant sa voie en musique classique auprès de Nadia Boulanger à Paris dans les années 50, Astor Piazzolla (1921-1992) a « la révélation de sa vie » lorsqu’elle lui dit, après l’avoir entendu jouer un tango sur son bandonéon : « Astor, c’est magnifique. Voilà le vrai Piazzolla !, ne l’abandonne jamais.  » Il fonde alors son nuevo tango, un nouveau style qui intègre des harmonies et des polyrythmies inspirées de Ravel, Stravinsky et Bartók, et fait ainsi passer le tango de la salle de danse à la salle de concert. Pleines d’énergie rythmique, de dissonances, de contrastes entre virtuosité et lyrisme nostalgique, Les Quatre Saisons de Buenos Aires sont un évident hommage aux Quatre Saisons de Vivaldi. Mais alors que celles de Vivaldi sont pastorales et littérales (aboiements de chiens, gazouillis d’oiseaux, grondements de tonnerre), celles de Piazzolla sont urbaines, liées à Buenos Aires (porteño « signifiant » le port de Buenos Aires) et dépeignent l’essence de chaque saison plutôt que d’en traduire les sonorités. Les 4 pièces furent écrites de 1965 à 1969. Elles font toujours l’objet d’arrangements très variés. L’extrait proposé ici est le troisième mouvement, « Primavera Portena ».

Section Pédagogique de l’IMEP

Se former dans la section pédagogique de l’IMEP c’est…

  • Se former à enseigner et transmettre sa passion de la musique.
  • Acquérir une maîtrise suffisante de sa voix, de son corps et d’un instrument accompagnateur en tant qu’outil du musicien.
  • Faire des recherches et développer un intérêt pour d’autres champs musicaux.
  • Développer des techniques d’apprentissage pour favoriser la pratique musicale, l’ouverture culturelle, la créativité, la maitrise technique, l’intelligence artistique et l’autonomie.
  • Être souvent amené à aller sur le terrain et se retrouver rapidement en situation de stage.
  • Vivre, concevoir et mener des projets musicaux de qualité.
  • Devenir un acteur culturel dans la société.
peda

Lire la suite…

L’ OrgueStudio

L’OrgueStudio, un nouveau projet pour l’enseignement de l’orgue

Un nouvel enseignement de l’orgue a fait son apparition dans le paysage des Hautes Écoles des Arts. En septembre dernier, Guido Jardon, directeur de l’IMEP, a confié à Benoît Mernier, professeur depuis 2002 et à Cindy Castillo, lauréate de l’Institut et du Conservatoire National Supérieur de Paris, la mission d’apporter de nouvelles perspectives aux études supérieures d’orgue dans le but d’atténuer les décalages existants entre l’orgue et le monde artistique actuel et de permettre aux étudiants organistes de trouver leur voie dans ce monde-là une fois leur diplôme obtenu. À nouveau départ, nouveau nom. Les études d’orgue et d’improvisation à l’IMEP ont été rebaptisées OrgueStudio.

Cette nouvelle appellation sous-entend plusieurs significations complémentaires: l’idée d’une pédagogie de la pratique de l’orgue à travers une dimension scénique; l’élaboration de projets menés avec différents partenaires permettant d’élargir l’horizon du monde organistique et de nourrir l’imaginaire des étudiants; une approche conjuguée du répertoire et de la créativité (sous forme écrite et improvisée); une réflexion prospective sur l’orgue, sa réalité, son avenir…

Lire la suite…