Festival de piano 2017

Présentation des activités de l’IMEP

Concert symphonique 7 et 8 mai 2016
(1re partie)

Concert symphonique 7 et 8 mai 2016
(2e partie)

Il Bel Canto – Concert lyrique du 28 novembre 2015
(1ère partie)

  • Partenaires

     
    Namur Confluent Culture
     
    WBI
     
    Les amis de l'IMEP
     
    WBI
     
     
     
     

LES CONTES D’HOFFMANN DE J. OFFENBACH

le 31 mars 2018 à 20:00

« Les Contes d’Hoffmann »
23, 24, 29, 30, 31 mars 2018 à 20H00
25 mars 2018 à 17H00
Salle de Concert de l’IMEP – Réservation souhaitée
Opéra fantastique de J. Offenbach présenté par la classe de chant de l’IMEP.
Direction Artistique : Françoise Viatour
Direction Musicale : Daniel Thonnard
Direction de Choeur : Benoît Giaux.
Costumes: Patricia Housiaux.
Avec la collaboration des 7èmes Artistiques de l’Institut Saint-Joseph de Jambes

En guise d’introduction: Les Contes d’Hoffmann, sont comme un testament en forme de chef-d’œuvre. Pour son chant du cygne, Jacques Offenbach signe un ouvrage à rebours de ses opérettes satiriques et décapantes qui moquaient, tout en l’enchantant, un Second Empire en quête de plaisirs et d’oubli. Certes, Offenbach n’oublie pas d’amuser dans cet opéra fantastique, mais il colore les aventures du poète Hoffmann d’une dimension noire et fatale – à l’image des quatre figures maléfiques qui l’accompagnent et le poussent au malheur. Dans cette quête de l’absolu et de l’idéal féminin, la griserie se mêle au macabre, la veine populaire aux embrasements lyriques. Les Contes d’Hoffmann, ce sont trois époques de la vie sentimentale d’un homme, trois histoires formant un opéra inclassable, chef-d’œuvre du romantisme français, dédale de vertige et de légèreté.

Tarifs et Réservations
Adultes : 15€
Jeunes (jusque 26 ans) : Gratuit
Seniors (60+) : 10€
Par Email : maud.casimir@imep.be
Par téléphone : du lundi au vendredi de 8H30 à 12H30 et de 13H00 à 16H30 au 081/73 64 37.
Inscription confirmée par le paiement sur le compte BE62 3500 1539 7861 (indiquer en communication le nom et la date du projet).
Payement à effectuer minimum 4 jours ouvrables avant la date du projet. Pour tous les projets (avec ou sans réservation), le placement est libre.

DISTRIBUTION du 29 Mars 2018 à 20h Reste des places

OLYMPIA : Gwendoline Blondeel – GUILIETTA : Clotilde Fabry – ANTONIA : Cecilia Réal NIKLAUSSE : Delphine Jacquemin – UNE VOIX ( La mère) : Manon Mathot – NATHANAËL : Blandine Coulon – HOFFMANN : Caroline de Mahieu – SPALANZANI : Jules-César Murengezy – CRESPEL : Milan Cosnefroy – LUTHER : François Hurel – ANDRES, COCHENILLE : Pierre Romainville – PICHINACCIO, FRANTZ : Gaëtan Waterkeyn – LINDORF, SCHLEMIL : Xavier Leclercq – COPELIUS,D’APPERTUTTO, MIRACLE : Emmanuel Junk – HERMAN : Gustave Harmegnies – Harpiste : Julienne Thonnard

BARCAROLLE
Imogène Streul & Marion Bauwens

CHOEUR
Victoire Homez, Lune Bourgogne, Lauriane Gay-Perret, Aline Giaux, Estelle Lucas, Marie Magrofuoco, Elsa Puslecki, Marion Verlype, Evgenia Hermans, Romane Lambert, Anne-Sophie Lermyte, Marion Bauwens, Imogène Streul, Rita Popescu, Estelle Defalque, Gustave Harmegnies, Xavier Leclercq, Pierre Romainville, Gaëtan Waterkeyn, François Hurel, Milan Cosnofroy, Jûles César Murengesy,
Vitaly Jardon, Renaud Flagothier, Florent Touil

DISTRIBUTION du 30 mars 2018 à 20h COMPLET

OLYMPIA : Maria Portela Lucas Larich – GUILIETTA : Carla Jaci Da Silva Santos – ANTONIA : Victoria Frère – NIKLAUSSE : Hélène Faux – UNE VOIX ( La mère) : Manon Mathot – NATHANAËL : Blandine Coulon – HOFFMANN : Gabriele Bonfanti – SPALANZANI : Jules-César Murengezy – CRESPEL : Milan Cosnefroy – LUTHER : François Hurel – ANDRES, COCHENILLE : Gaëtan Waterkeyn – PICHINACCIO, FRANTZ : Pierre Romainville – LINDORF, SCHLEMIL : Xavier Leclercq – COPELIUS, D’APPERTUTTO, MIRACLE : Emmanuel Junk – HERMAN : Gustave Harmegnies – Harpiste : Julienne Thonnard

BARCAROLLE
Rita Popescu & Anne-Sophie Lermyte

CHOEUR
Victoire Homez, Lune Bourgogne, Lauriane Gay-Perret, Aline Giaux, Estelle Lucas, Marie Magrofuoco, Elsa Puslecki, Marion Verlype, Evgenia Hermans, Romane Lambert, Anne-Sophie Lermyte, Marion Bauwens, Imogène Streul, Rita Popescu, Estelle Defalque, Gustave Harmegnies, Xavier Leclercq, Pierre Romainville, Gaëtan Waterkeyn, François Hurel, Milan Cosnofroy, Jûles César Murengesy, Vitaly Jardon, Renaud Flagothier, Florent Touil

DISTRIBUTION du 31 Mars 2018 à 20h COMPLET

OLYMPIA : Gwendoline Blondeel – GUILIETTA : Clotilde Fabry – ANTONIA : Cecilia Réal – NIKLAUSSE : Delphine Jacquemin – UNE VOIX ( La mère) : Manon Mathot – NATHANAËL : Blandine Coulon – HOFFMANN : Caroline de Mahieu – SPALANZANI : Jules-César Murengezy – CRESPEL : Milan Cosnefroy – LUTHER : François Hurel – ANDRES, COCHENILLE : Pierre Romainville – FRANTZ, PITICHINACCIO : Gaëtan Waterkeyn – LINDORF, SCHLEMIL : Xavier Leclercq – COPELIUS, D’APPERTUTTO, MIRACLE : Emmanuel Junk – HERMAN : Gustave Harmegnies – Harpiste : Julienne Thonnard

BARCAROLLE
Estelle Defalque & Victoire Homez

CHOEUR
Victoire Homez, Lune Bourgogne, Lauriane Gay-Perret, Aline Giaux, Estelle Lucas, Marie Magrofuoco, Elsa Puslecki, Marion Verlype, Evgenia Hermans, Romane Lambert, Anne-Sophie Lermyte, Marion Bauwens, Imogène Streul, Rita Popescu, Estelle Defalque, Gustave Harmegnies, Xavier Leclercq, Pierre Romainville, Gaëtan Waterkeyn, François Hurel, Milan Cosnofroy, Jûles César Murengesy, Vitaly Jardon, Renaud Flagothier, Florent Touil

ARGUMENT

Premier acte

La Taverne de Maître Luther. Les Esprits du vin et de la bière, ces bons amis des hommes, sortent des tonneaux en chantant. Ils accompagnent la Muse du poète Hoffmann, amoureuse de lui et furieuse contre sa rivale, la frivole cantatrice Stella. La Muse décide de sauver Hoffmann en prenant l’apparence humaine d’un écolier, Nicklausse. Un personnage maléfique, Lindorf, décide de se substituer à Hoffmann pour séduire Stella à la sortie d’une représentation de Don Juan qu’on donne dans un théâtre voisin. Le valet de la cantatrice, Andrès, est soudoyé par Lindorf qui s’empare ainsi d’un billet doux que Stella destinait à Hoffmann. Un joyeux groupe d’étudiants envahit la Taverne pour faire la fête. Hoffmann se joint à eux avec Nicklausse et, à la demande générale, accepte de chanter l’histoire de Kleinzach. Mais à la fin de son brillant numéro son esprit s’embrouille, hanté par un fantôme enchanteur. Lindorf ricane et les deux rivaux échangent des propos agressifs. Quand le passé amoureux d’Hoffmann revient sur ses lèvres, il évoque Stella, «trois femmes dans la même femme », et décide de conter à ses amis l’histoire folle de ses trois maîtresses. La première s’appelait Olympia.

Deuxième acte : Olympia

C’est le grand jour pour le physicien Spalanzani. Il va présenter à ses invités sa « très chère » fille Olympia, qui n’est qu’une poupée mécanique très chèrement payée. Hoffmann, son élève, s’enflamme pour la belle observée à travers une paire de lunettes vendues par le diabolique Coppélius. Ce dernier a collaboré à la construction de l’automate en fournissant les yeux, qu’il estime à cinq cents ducats. Pour se débarrasser de Coppélius, Spalanzani lui remet une traite sans provision sur la banque Elias. La fête commence et les invités se pressent autour de la poupée qui se lance dans une périlleuse chanson à vocalises. Resté seul avec l’automate, Hoffmann lui déclare son amour et obtient en réponse quelques mono­syllabes. Le fidèle Nicklausse essaie de lui faire comprendre son erreur. Pour ouvrir le bal, Olympia entraîne Hoffmann dans une valse étourdis­sante. Mais sa mécanique s’emballe et elle disparaît dans les coulisses. À ce moment Coppélius revient, furieux, car il s’est aperçu de l’escroque­rie de Spalanzani. Pour se venger, il casse l’automate et montre les mor­ceaux de la poupée aux invités hilares. Hoffmann pousse un cri d’effroi.

Troisième acte : Antonia

À Munich, chez le luthier Crespel. Sa fille Antonia chante une romance et espère revoir son bien-aimé Hoffmann, tenu à l’écart par son père. Crespel veut qu’elle arrête de chanter car le chant a déjà tué son épouse, cantatrice célèbre. Il craint aussi le retour d’Hoffmann et ordonne à son valet Frantz, sourd comme une pierre, de n’ouvrir la porte à personne. Vaine précaution. Hoffmann arrive à s’introduire chez Antonia et les deux amoureux sont heureux d’être enfin ensemble. Mais chanter a épuisé Antonia et elle doit se retirer. Très inquiet, Crespel revient en même temps que le satanique Docteur Miracle qui prétend pouvoir guérir Antonia. Il fait semblant de l’ausculter à distance et tente de vendre à Crespel des remèdes diaboliques. Terrifié, le père d’Antonia le jette dehors. Hoffmann, qui a assisté à toute la scène sans être vu, essaie de convaincre Antonia de ne plus chanter. Elle le lui promet mais un peu plus tard la voix du diabolique docteur trouble sa résolution. Car Miracle, tentateur, évoque devant elle toutes les joies du chant. Même le portrait de la mère d’Antonia s’anime et l’encourage à chanter. Harcelée par ce cauchemar, Antonia ne résiste plus, chante et à la fin s’effondre, terrassée. Miracle disparaît. Hoffmann, Crespel et Nicklausse arrivent trop tard. Crespel veut tuer Hoffmann qu’il croit responsable de la mort de sa fille.

Quatrième acte : Giulietta

Le palais de Giulietta à Venise. La courtisane y donne une fête, en présence d’Hoffmann. Le poète célèbre de manière enflammée l’ivresse des plaisirs. Le ton change avec l’arrivée de Schlemil, amant de Giulietta, visiblement jaloux d’Hoffmann. La courtisane invite tous ses amis à une partie de pharaon. Un mystérieux capitaine Dapertutto apparaît alors et célèbre les pouvoirs de fascination du diamant sur la femme. Giulietta, attirée par cet appât, promet à Dapertutto de lui livrer le reflet d’Hoffmann, comme elle a déjà fait avec celui de Schlemil. Hoffmann sort justement de la salle de jeu où il a tout perdu. Giulietta le distrait par son attitude languissante, ce qui provoque une altercation avec Schlemil. Les deux hommes quittent la fête. Hoffmann, aidé par Dapertutto, blesse mortellement Schlemil et doit quitter Venise pour échapper à la justice. Mais avant de s’enfuir, fou d’amour pour la courtisane, il la retrouve dans son boudoir et accepte de lui laisser son reflet, comme une fidèle image en souvenir de lui. Aussitôt le reflet capté, Giulietta l’abandonne à Dapertutto. Excédé, Hoffmann tente de la frapper. Il blesse mortellement le bouffon de Giulietta, Pitichinaccio, avant de disparaître sous les rires des invités.

Cinquième acte

Retour à la taverne de Maître Luther. Hoffmann, dans un piteux état, termine de raconter l’histoire de ses trois amours disparues. Nicklausse résume la situation: les trois femmes, Olympia, Antonia et Giulietta ne sont qu’une même femme, la Stella. Justement on l’acclame au théâtre voisin où s’achève la représentation de Don Juan. Stella, dans le costume de Donna Anna, entre dans la taverne. Elle tente de rallumer la flamme amoureuse d’Hoffmann, mais le poète, ivre mort, la repousse. Elle part au bras de Lindorf et laisse Hoffmann à ses chagrins. La Muse de la Poésie quitte l’apparence de Nicklausse et se présente à Hoffmann, entre-temps rentré chez lui. Elle fait renaître en lui son génie de poète, dans la sérénité et dans l’amour. (Michel Pazdro)

SAISON MUSICALE POUR « JEUNES OREILLES » 2017-2018

SAISON MUSICALE POUR « JEUNES OREILLES »

Proposée par la Section Pédagogique de l’IMEP
Tarifs : Séance tout public : 5€ (gratuit jusque 12 ans) – Séance scolaire : 1€ / enfant.

Journée pédagogique : 30€, sandwich compris
Salle de Concert de l’IMEP

« Le Petit Poucet »
Mercredi 7 février 2018 à 9H00, 10H30 (Séances scolaires) et 16H30 (Séance tout public) COMPLET
5 à 9 ans. Venez redécouvrir la véritable et terrible aventure du Petit Poucet et de ses frères. Une histoire contée par Marie-Claude Guillaume et son théâtre d’objets, avec un habillage sonore des étudiants de Master en Education Musicale.

« Motamo »
Vendredi 23 février 2018 à 10H30 et 13H30 (Séances scolaires)
Samedi 24 février 2018 à 17H00 (Séance tout public)
Dimanche 25 février 2018 à 17H00 (Séance tout public)
Un spectacle musical chanté, joué, rythmé autour de chansons créées et mises en scène par la Section Pédagogique. Un enchaînement ébouriffant de numéros, de livres, de papiers, de mots … Vous n’en croirez pas vos yeux et vos orteils, les mots danseront dans vos oreilles !

« Pourquoi la Musique ? Sciences et Valeurs »
Samedi 24 février 2018 de 9H00 à 18H00 – Tarif: 30 euros repas compris.
Journée Pédagogique proposée par les Professeurs de la Section Pédagogique de l’IMEP, Educ’Art et les Jeunesses Musicales.

À l’intention des Professeurs de Musique, Etudiants de l’IMEP, Instituteurs, Logopèdes… Vous aurez l’occasion d’entendre une conférence de Michel Habib, neurologue au CHU de Marseille, auteur du livre « La constellation des dys » et très actif dans l’association Mélodys. Il y aura un débat entre directeurs, professeurs et doctorants dont: Monsieur Guido Jardon (IMEP), José Antonio Quiles (Université de Grenade), Michel Schoonbroodt (Jeunesses Musicales), Thomas Baets (LUCA) et une musicienne intervenante française.

Quelle place pour la musique dans notre société et au sein du système éducatif? Quels enjeux artistiques, scientifiques et pédagogiques? Qu’est-ce qu’être professeur de musique à l’école aujourd’hui, en particulier avec les enfants ayant des troubles de l’apprentissage? Perspectives belges et européennes?

Téléchargez le folder en cliquant sur ce lien:

Journée pédagogique 24 février

Section Pédagogique de l’IMEP

Se former dans la section pédagogique de l’IMEP c’est…

  • Se former à enseigner et transmettre sa passion de la musique.
  • Acquérir une maîtrise suffisante de sa voix, de son corps et d’un instrument accompagnateur en tant qu’outil du musicien.
  • Faire des recherches et développer un intérêt pour d’autres champs musicaux.
  • Développer des techniques d’apprentissage pour favoriser la pratique musicale, l’ouverture culturelle, la créativité, la maitrise technique, l’intelligence artistique et l’autonomie.
  • Être souvent amené à aller sur le terrain et se retrouver rapidement en situation de stage.
  • Vivre, concevoir et mener des projets musicaux de qualité.
  • Devenir un acteur culturel dans la société.
peda

Lire la suite…

L’ OrgueStudio

L’OrgueStudio, un nouveau projet pour l’enseignement de l’orgue

INVITATION
Lundi 29 janvier 2018, entre 14 et 17 heures 30 – Évaluations artistiques de l’OrgueStudio de l’IMEP
Professeurs : Benoît Mernier, Cindy Castillo & Ewald Demeyere

Lieu: Église abbatiale de Leffe (Dinant)

Charlène Bertholet
Vincent Maes
David Stiernon
Élise Göckel
Damien Leurquin
Marie-Évodie Mahieu
(avec la participation de Samuel Arbodelda Arango (Hautbois),
Clémentine Colson (flûte), Maria Portela & Rita Propescu (voix)

improvisent et jouent des oeuvres de Alain, Bach, Buxtehude, Krebs, Vivaldi, Scheidemann & Sweelinck

Entrée libre

https://www.facebook.com/OrgueStudio-740831189346126/

Un nouvel enseignement de l’orgue a fait son apparition dans le paysage des Hautes Écoles des Arts. En septembre dernier, Guido Jardon, directeur de l’IMEP, a confié à Benoît Mernier, professeur depuis 2002 et à Cindy Castillo, lauréate de l’Institut et du Conservatoire National Supérieur de Paris, la mission d’apporter de nouvelles perspectives aux études supérieures d’orgue dans le but d’atténuer les décalages existants entre l’orgue et le monde artistique actuel et de permettre aux étudiants organistes de trouver leur voie dans ce monde-là une fois leur diplôme obtenu. À nouveau départ, nouveau nom. Les études d’orgue et d’improvisation à l’IMEP ont été rebaptisées OrgueStudio.

Cette nouvelle appellation sous-entend plusieurs significations complémentaires: l’idée d’une pédagogie de la pratique de l’orgue à travers une dimension scénique; l’élaboration de projets menés avec différents partenaires permettant d’élargir l’horizon du monde organistique et de nourrir l’imaginaire des étudiants; une approche conjuguée du répertoire et de la créativité (sous forme écrite et improvisée); une réflexion prospective sur l’orgue, sa réalité, son avenir…

Lire la suite…