Festival de piano 2017

Présentation des activités de l’IMEP

Concert symphonique 7 et 8 mai 2016
(1re partie)

Concert symphonique 7 et 8 mai 2016
(2e partie)

Il Bel Canto – Concert lyrique du 28 novembre 2015
(1ère partie)

  • Partenaires

     
    Namur Confluent Culture
     
    WBI
     
    Les amis de l'IMEP
     
    WBI
     
     
     
     

« UM MITTERNACHT » BALLADE LYRIQUE VIENNE 1900

le 4 décembre 2017 à 20:00

« Um Mitternacht » Ballade lyrique dans la Vienne de 1900
Lundi 4 décembre 2017 à 20H00 Salle de Concert de l’IMEP – Pas de réservation
Concert de Lieder par les étudiants en master de la classe de chant. Gwendoline Blondeel (soprano), Gabriele Bonfanti (ténor), Milan Cosnefroy (baryton), Blandine Coulon (mezzo), Carla Da Silva Santos (soprano), Hélène Faux (mezzo), Martin Gennen (piano), Delphine Jacquemin (mezzo), Emmanuel Junk (baryton), Jérémy Langouët (piano), Anne-Sophie Lermyte (soprano), Rita Popescu (mezzo), Mélanie Rihoux (soprano). Equipe pédagogique : Christiane Gleis, Vincent Dujardin, Mathias Lecomte et Elise Gäbele. Œuvres de G. Mahler, R. Strauss, A.V. Zemlinski, A. Berg, A. Schönberg …

Vienne fin de siècle – Le contexte

Vienne 1900, en cette fin de siècle un vent de nouveauté souffle sur la capitale de l’empire austro-hongrois (50 millions d’habitants pour une quinzaine de nationalités) qui vit ses dernières heures de gloire sans encore le savoir. Entre 1870 et 1910 la population de Vienne a doublé, elle réunit désormais plus de 2 millions d’habitants dans un périmètre considérablement élargi. Par nécessité on assiste à une frénésie constructrice qui modifie fondamentalement le paysage architectural de la ville. Avec l’industrialisation et une migration massive, l’écart entre nantis et démunis se creuse.

Une ville en mouvement, une population en mouvance. Les anciennes valeurs structurantes de l’empire autrichien s’effritent. Les confrontations politiques et sociales sont âpres et l’antisémitisme et le populisme gagnent du terrain avec l’arrivée à la mairie de la ville de Karl Lueger. Dans ce contexte politique mouvementé, dans ce creuset multiculturel se fomente par émulation et affrontement la modernité politique, sociale et artistique. La nouvelle social-démocratie et le libéralisme cartésien provoquent le déclin et la décadence de l’aristocratie en partie désargentée qui, ne sachant plus s’imposer politiquement, opère un repli sur soi, s’isole et trouve refuge dans l’hédonisme esthétisant, se consolant à force de valses et d’opérettes. En réaction à l’académisme, le mouvement de la « Sécession » sous la houlette de l’artiste peintre Gustave Klimt prône un idéal révolutionnaire, l’art partout et pour tous.

Le récital

Au cours de ce récital, nous vous proposons de cheminer avec les chanteurs et pianistes dans la Vienne entre deux siècles, avec pour égide la notion nietzschéenne de « l’éternel retour ». A l’instar du Wanderer de F. Nietzsche mis en musique par A. Schoenberg qui parle à un l’oiseau, et celui-ci lui enjoint de tracer sa propre route. Cet entre-deux, comme toute transition, est marqué par la nostalgie, le regret, la fuite hédoniste, la peur, le doute, l’audace, le courage, l’espoir dans une effervescence vitale qui relance le cycle de vie. Les penseurs et artistes font éclater les tabous qui cimentent le carcan de la société conservatrice. Ils abordent les vicissitudes de la vie, parlent de sexualité, de vie, de mort, de la décrépitude des corps, de la misère matérielle, de l’angoisse existentielle, de la folie, renonçant ainsi à l’idéalisation en montrant tant sur les plans scientifique, philosophique que pictural, littéraire et musical les tensions inhérentes à l’existence humaine. Freud invente la psychanalyse et Schoenberg l’atonalité, tous deux renonçant au « beau » pour montrer le « vrai », la tension du déchirement existentiel, la hantise de la mort et l’éphémère du bonheur vo(i)lé. Les précurseurs dissonants innovants et intuitifs, que sont Brahms et Wolf, nous mènent dans le retrait et le deuil, et Brahms, par un texte biblique, avec quelque humour, dans la vanité de l’existence. Et avec Das irdische Leben (la vie terrestre) Mahler nous confronte à la réalité mortelle de la famine. En contraste, et parce qu’une progression n’est jamais linéaire, nous nous adonnerons aux plaisirs de l’hédonisme flamboyant de cette fin de siècle avec Brahms dans un interlude pianistique à deux mains, et Lehar, Zemlinsky et Korngold, dans des œuvres dansantes, sur le thème de l’amour déçu, de l’attente amoureuse, teintée de mélancolie.

La deuxième partie du récital conjuguera, voire conjurera, la suspension, l’interstice, la mouvance, la subjectivité. Les œuvres de Arnold Schönberg, Alma Schindler -Mahler, Gustav Mahler célèbrent l’instant, font un arrêt sur image, et nous convient dans le tourbillon d’une saynète aux contours flous, à un vécu à la fois personnel et universel. Avec Les trois sœurs sur des poèmes du symboliste belge Maurice Maeterlinck, Alexandre Zemlinsky nous convie au rituel de passage de trois adolescentes à leur vie de femme. « Tout est symbole », tout est passage, à l’instar du symbole qui parle à un moment donné à qui veut et peut voir et entendre. Ces glissements font déraper les certitudes des desseins socialement pressentis. Um Mitternacht de G. Mahler clôt le récital par un point d’orgue, une expérience mystique qui dissout l’angoisse existentielle dans une reddition spirituelle.
(Christiane Gleis, novembre 2017)

SAISON MUSICALE POUR « JEUNES OREILLES » 2017-2018

SAISON MUSICALE POUR « JEUNES OREILLES »

Proposée par la Section Pédagogique de l’IMEP
Tarifs : Séance tout public : 5€ (gratuit jusque 12 ans) – Séance scolaire : 1€ / enfant.

Journée pédagogique : 30€, sandwich compris
Salle de Concert de l’IMEP

« Le Petit Poucet »
Mercredi 7 février 2018 à 9H00, 10H30 (Séances scolaires) et 16H30 (Séance tout public)
5 à 9 ans. Venez redécouvrir la véritable et terrible aventure du Petit Poucet et de ses frères. Une histoire contée par Marie-Claude Guillaume et son théâtre d’objets, avec un habillage sonore des étudiants de Master en Education Musicale.

« Motamo »
Vendredi 23 février 2018 à 10H30 et 13H30 (Séances scolaires)
Samedi 24 février 2018 à 17H00 (Séance tout public)
Dimanche 25 février 2018 à 17H00 (Séance tout public)
Un spectacle musical chanté, joué, rythmé autour de chansons créées et mises en scène par la Section Pédagogique. Un enchaînement ébouriffant de numéros, de livres, de papiers, de mots … Vous n’en croirez pas vos yeux et vos orteils, les mots danseront dans vos oreilles !

« Pourquoi la Musique ? Sciences et Valeurs »
Samedi 24 février 2018 de 9H00 à 18H00 – Tarif: 30 euros repas compris.
Journée Pédagogique proposée par les Professeurs de la Section Pédagogique de l’IMEP, Educ’Art et les Jeunesses Musicales. À l’intention des
Professeurs de Musique, Etudiants de l’IMEP, Instituteurs, Logopèdes, …
Quelle place pour la musique dans notre société et au sein du système éducatif? Quels enjeux artistiques, scientifiques et pédagogiques? Qu’est-ce qu’être professeur de musique à l’école aujourd’hui, en particulier avec les enfants ayant des troubles de l’apprentissage? Perspectives belges et européennes?

Section Pédagogique de l’IMEP

Se former dans la section pédagogique de l’IMEP c’est…

  • Se former à enseigner et transmettre sa passion de la musique.
  • Acquérir une maîtrise suffisante de sa voix, de son corps et d’un instrument accompagnateur en tant qu’outil du musicien.
  • Faire des recherches et développer un intérêt pour d’autres champs musicaux.
  • Développer des techniques d’apprentissage pour favoriser la pratique musicale, l’ouverture culturelle, la créativité, la maitrise technique, l’intelligence artistique et l’autonomie.
  • Être souvent amené à aller sur le terrain et se retrouver rapidement en situation de stage.
  • Vivre, concevoir et mener des projets musicaux de qualité.
  • Devenir un acteur culturel dans la société.
peda

Lire la suite…

L’ OrgueStudio

L’OrgueStudio, un nouveau projet pour l’enseignement de l’orgue

INVITATION
Lundi 29 janvier 2018, entre 14 et 17 heures 30 – Évaluations artistiques de l’OrgueStudio de l’IMEP
Professeurs : Benoît Mernier, Cindy Castillo & Ewald Demeyere

Lieu: Église abbatiale de Leffe (Dinant)

Charlène Bertholet
Vincent Maes
David Stiernon
Élise Göckel
Damien Leurquin
Marie-Évodie Mahieu
(avec la participation de Samuel Arbodelda Arango (Hautbois),
Clémentine Colson (flûte), Maria Portela & Rita Propescu (voix)

improvisent et jouent des oeuvres de Alain, Bach, Buxtehude, Krebs, Vivaldi, Scheidemann & Sweelinck

Entrée libre

https://www.facebook.com/OrgueStudio-740831189346126/

Un nouvel enseignement de l’orgue a fait son apparition dans le paysage des Hautes Écoles des Arts. En septembre dernier, Guido Jardon, directeur de l’IMEP, a confié à Benoît Mernier, professeur depuis 2002 et à Cindy Castillo, lauréate de l’Institut et du Conservatoire National Supérieur de Paris, la mission d’apporter de nouvelles perspectives aux études supérieures d’orgue dans le but d’atténuer les décalages existants entre l’orgue et le monde artistique actuel et de permettre aux étudiants organistes de trouver leur voie dans ce monde-là une fois leur diplôme obtenu. À nouveau départ, nouveau nom. Les études d’orgue et d’improvisation à l’IMEP ont été rebaptisées OrgueStudio.

Cette nouvelle appellation sous-entend plusieurs significations complémentaires: l’idée d’une pédagogie de la pratique de l’orgue à travers une dimension scénique; l’élaboration de projets menés avec différents partenaires permettant d’élargir l’horizon du monde organistique et de nourrir l’imaginaire des étudiants; une approche conjuguée du répertoire et de la créativité (sous forme écrite et improvisée); une réflexion prospective sur l’orgue, sa réalité, son avenir…

Lire la suite…