Affiche Concerts de midi SND 2016-17

Présentation des activités de l’IMEP

Concert symphonique 7 et 8 mai 2016
(1re partie)

Concert symphonique 7 et 8 mai 2016
(2e partie)

Il Bel Canto – Concert lyrique du 28 novembre 2015
(1ère partie)

  • Partenaires

     
    Namur Confluent Culture
     
    WBI
     
    Les amis de l'IMEP
     
    Fondation Baron Arthur Grumiaux
     
    WBI
     
     
     

Jean Xhonneux est retenu lors d’une audition au LSO (London Symphony Orchestra)

Il y a peu de temps, Jean Xhonneux, enseignant à l’IMEP gagnait le 2ème prix du prestigieux concours de tuba, « Concorso Internazionale Città di Porcia » à Pordenone (Italie). Le mois dernier, il a participé à l’audition de tuba au London Symphony Orchestra (LSO). Cette audition était organisée selon le système britannique. Chaque candidat recevait l’horaire précis de son audition. Celle-ci se déroulant sur 3 jours. Près de 100 candidats avaient été retenus sur CV, une trentaine sont passés au 2ème tour. Ils sont maintenant une dizaine à avoir obtenu un « trial » (c’est-à-dire un essai). Durant les prochains mois, voire prochaines années, l’orchestre va tester ces différents candidats sélectionnés. Ces « trials » se dérouleront probablement avec le nouveau chef, Sir Simon Rattle (ex-Berliner Philharmoniker). À suivre donc, mais déjà bravo à Jean Xhonneux, et bonne continuation!

Pierre Nentwig, violoncelliste est nommé professeur au Conservatoire de Marseille

Pierre Nentwig, ancien étudiant de la classe de violoncelle est nommé professeur au Conservatoire de Marseille.

Pierre Nentwig, ancien étudiant de la classe de violoncelle de l’IMEP est nommé au sein du Conservatoire National à Rayonnement Régional « Pierre Barbizet » (du nom d’un de ses illustres directeurs) de Marseille en tant que Professeur d’Enseignement Artistique de Violoncelle à plein temps. « Cette situation n’est pas étrangère à mon passage dans votre établissement, dit Pierre, s’il fut bref d’un point de vue scolaire, il n’en fut pas moins constructif dans mon évolution. Le passage au sein de l’IMEP, dans la classe d’Eric Chardon, m’a apporté maturité, expériences et naturel […] La liberté dont j’ai pu bénéficier, autant dans le domaine du répertoire (et des façons de le concevoir) que de l’enseignement (où j’ai pu expérimenter certaines idées de travaux, d’exercices, d’approches globales ou détaillées), a été très profitable. Soyez-en remerciés encore longtemps, vous et toute l’équipe de l’IMEP ».

28-NAM-IMEP-37PFD

Kamil Ben Hsaïn Lachiri « Namurois de l’année 2016 » !

Kamil Ben Hsaïn Lachiri honoré du titre de « Namurois de l’année 2016 » !

Ce titre n’est délivré qu’une fois dans une carrière, mais il dure toute une vie ! Pour la 27ème fois, le magazine Confluent vient d’élire les 12 personnalités qui ont marqué l’actualité l’année précédente. Il s’agit de personnes qui se sont illustrées dans le Namurois, mais qui rayonnent également bien plus largement, et participent ainsi à la renommée de la ville et de la Province de Namur. Pour rappel, Guido Jardon, Directeur de l’IMEP, s’était déjà vu décerner le titre pour l’année 2011. Il ouvrait ainsi la voie à une lignée de musiciens issus de l’IMEP qui allaient se voir décerner le titre également : Jodie Devos et Lionel Meunier pour 2012, Martin Descamps pour 2013 ! Et voici, cette année, que Kamil reçoit le titre amplement mérité, dans la catégorie « jeune talent ». Il faut dire que Kamil, à 23 ans et outre ses diplômes de l’UCL et de l’université de Genève, cumule déjà de nombreux concerts et récitals à son actif, dans des lieux prestigieux tels que l’Opéra de Pittsburgh ou l’Opéra Garnier à Paris. Ce prix, reçu le 17 janvier 2017, est un encouragement supplémentaire à poursuivre son ascension, mais constitue également une gratification pour l’IMEP qui fournit tant de talents. Enfin, c’est une fierté et une stimulation pour tous les étudiants de notre institut !

La présentation complète du lauréat se trouve dans le numéro Hors Série de Confluent, paru sous le titre «  Les Namurois de l’année 2016 » et qui comprend une rétrospective des anciens Namurois de l’année, dont plusieurs diplômés de l’IMEP. Ce numéro est en vente en librairie et dans certaines boulangeries, ainsi qu’au bureau de Confluent (rue Tillieux, 43 à 5100 Jambes – info@confluent.be) au prix de 7 €. (Crédit photos: André Dubuisson).

http://www.confluent.be/

GROUPE NAMUROIS 2016

Kamil se trouve à la première rangée, à l’extrême droite.

KAMIL STEPHANIE

La remise du prix à Kamil. De g. à dr. le recteur de l’UNamur Yves Poullet, Stéphanie Salmin, professeur au Conservatoire, Kamil Ben Hsaïn Lachiri, Olivier Keuller, président du jury et Patricia Zwoliska, présidente du Jeune Ballet de Namur.

Week-end du piano aux Musées des Beaux-Arts de Verviers

ANX-10-00K7-00QH
Week-end du piano aux Musées des Beaux-Arts et de la Céramique de Verviers. Les concerts se dérouleront dans le cadre de l’exposition Photographies Franz Monfort, « reporter » verviétois de 1914 à 1930. Vous aurez le plaisir d’y entendre Françoise Viatour, Anémone Malherbe-Jardon, Emmanuel Grégoire, Hervé Verbaert, Fabian Jardon et 6 étudiants de sa classe de piano de l’IMEP.

Voici le détail de la programmation: 

Vendredi 20 janvier 2017 à 20h00
Françoise Viatour et Fabian Jardon vous proposent un concert commenté « Ballade à travers le répertoire français »
Entrée: 10€ (gratuit pour les enfants de moins de 12 ans – 6€ pour les étudiants de moins de 25 ans)

Samedi 21 janvier 2017 à 15h00 et à 17h00
Concerts par les étudiants de la classe de piano de Fabian Jardon de L’IMEP (Loïc Goulem, Marine Dethis, Pablo Nieva, Charlotte Woestyn, Kevin Delanghe, Sarah Hamaz) Entrée gratuite

Samedi 21 janvier 2017 à 20h00
Hervé Verbaert vous propose en audition commentée la première année de pèlerinage de Franz Liszt
Entrée: 10€ (gratuit pour les enfants de moins de 12 ans – 6€ pour les étudiants de moins de 25 ans)

Dimanche 22 janvier 2017 à 16h00
Emmanuel Grégoire et Anémone Malherbe-Jardon vous proposent « Le mythe d’Orphée à travers la deuxième ballade de Franz Liszt »
Entrée: 10€ (gratuit pour les enfants de moins de 12 ans – 6€ pour les étudiants de moins de 25 ans)

Lieu des manifestations ainsi que les renseignements et les réservations: Musée des Beaux-Arts, 17 rue Renier, 4800 Verviers,  087/33 16 95. Adresse du jour: 17 rue Renier à 4800 Verviers. Bien à vous et au plaisir de vous y rencontrer, Fabian Jardon.


Sophie Junker, ancienne étudiante de la classe de chant, sort son 4ème album!

Sophie Junker, ancienne étudiante de l’IMEP, diplômée en 2008, vient de sortir son quatrième album ! L’Epreuve villageoise, opéra de Grétry, a été enregistré chez Naxos et constitue encore une merveilleuse idée cadeau pour ces temps de fêtes ! Sophie Junker s’est perfectionnée à la « Guildhall School of Music and Drama » à Londres et a déjà enregistré Esther de Haendel, la Cantate de la chasse de Bach, ainsi que des œuvres de Carissimi et Charpentier. Avec ce quatrième album où elle chante le rôle de Denise, Sophie nous plonge dans le répertoire belge et liégeois (même si Grétry a surtout travaillé à Paris) et revient à ses racines. D’aucuns se souviendront peut-être du billet de 1000 francs belges qui portait l’effigie du compositeur. Bravo et merci à notre ancienne étudiante qui ne manque pas de s’illustrer en Allemagne, au Danemark, en France, aux USA et même au Japon !

http://www.naxos.com/catalogue/item.asp?item_code=8.660377

Grétry

HONDA Naissance d’un Concours qui fédère enfin les écoles supérieures belges de musique!

e6741b03-99eb-40b0-af05-9ea258ee101e-290x400

Le célèbre constructeur de voitures, motos, avions (etc…) HONDA et son General Manager pour la Benelux, Paul Tomanek, viennent de révolutionner le milieu des Conservatoires Royaux et de toutes les écoles belges proposant des masters musicaux, en mettant sur pied un Concours regroupant l’ensemble de ces Conservatoires et écoles supérieures de musique ! Paul Tomanek voulait offrir un sponsor aux Conservatoires et proposer un Concours. Frédéric de Roos, directeur du Conservatoire Royal de Bruxelles lui a suggéré d’ouvrir cette compétition aux huit écoles supérieures belges de musique. C’est ainsi que vient de naître un Concours qui fédère enfin les efforts de tous ceux qui ont pour but de promouvoir l’enseignement de la musique ! Fi des anciens clivages d’opinions ou clivages nord-sud, voilà rassemblés les étudiants de dernière année – ainsi que ceux qui ont terminé en juin de l’année précédente (en l’occurrence, en juin 2016) tous instruments confondus (y compris le chant).

Chacun des huit établissements (Conservatoire Royal de Liège, Ecole Supérieure des Arts de Mons Arts, Institut Supérieur de Musique (IMEP) de Namur, Koninklijk Conservatorium Gent, Koninklijk Conservatorium Antwerpen, Lemmens Instituut Leuven, Conservatoire Royal de Bruxelles et Koninklijk Conservatorium Brussel, School of Arts van de Erasmushogeschool Brussel) a sélectionné, en interne, deux de ses étudiants. Les 16 candidats ainsi obtenus se sont retrouvés le 16 novembre dernier au Conservatoire de Bruxelles pour proposer un programme libre d’une demi-heure tout au plus. Le jury était composé de Monsieur André De Groote (président), de deux personnalités du monde de la musique, et de huit professeurs (un de chacune des écoles représentées, mais ne pouvant être le professeur du candidat). Outre l’intérêt compétitif évident, ce Concours a pour intérêt de mettre en relation les étudiants et professeurs des différentes grandes villes de notre pays. Quoi de plus enrichissant que de connaître ce qui se passe chez ses voisins directs et que de connaître un peu les différents systèmes de travail dans un même pays… !

La demi-finale du 16 novembre dernier a retenu trois noms :
Monsieur Kamil Ben Hsaïn Lachiri (chant, IMEP)
Mademoiselle Kelly Poukens (chant, LUCA)
Monsieur Maarten Vandenbemden (guitare, KCB)

Ces trois finalistes s’affronteront donc gentiment le 19 février 2017, pour un programme de leur choix d’une durée approximative de 45 minutes chacun. Honda Benelux s’est engagé à soutenir financièrement ce concours pour trois ans, et offre un prix à chacun des finalistes : le Premier Prix de la Honda Competition for Classical Music est de 8 000 euros, le 2e Prix de 5 000 euros et le 3e Prix de 3 000 euros. « À travers ce mécénat, Honda soutient une initiative qui contribue au bien-être général, jouit d’un rayonnement sur l’ensemble de la Belgique et met l’accent sur deux autres de ses valeurs importantes : l’éducation et l’excellence », voilà ce qu’expliquait Monsieur Tomanek.

Toutes nos félicitations à Kamil qui, par son exploit, est le porte-drapeau de notre Institut !

http://www.crescendo-magazine.be/2016/11/une-premiere-a-bruxelles-le-concours-honda/

Un enseignant de l’IMEP gagne le 2ème prix du prestigieux concours de tuba, « Concorso Internazionale Città di Porcia »  à Pordenone !

Du 7 au 12 novembre 2016, plus de trente candidats issus du monde entier se sont présentés au 27ème Concorso Internazionale « Città di Porcia », que l’on pourrait comparer au « Concours Reine Elisabeth » mais pour le tuba. Celui-ci comportait une épreuve éliminatoire, une demi-finale ainsi qu’une double finale, l’une avec accompagnement de piano et l’autre avec une grand orchestre symphonique. Le jury était composé de sept artistes tubistes reconnus.

Jean Xhonneux, originaire de la région des trois frontières, y a obtenu un 2ème prix. Accompagné par l’ « Orchestra di Padova e del Veneto » placé sous la direction de la cheffe italienne, Silvia Massarelli, Jean Xhonneux a joué le « Concerto pour tuba et orchestre » de John Williams. Son interprétation peut être entendue via le lien: https://youtu.be/R4ZiOnUwvDI

Originaire de Remersdael dans les Fourons, région qui a su préserver le riche héritage des orchestres à vent, Jean Xhonneux est né en février 1990 dans une famille de musiciens. Diplômé du Conservatoire de Maastricht (Bachelier en 2012 et Master en 2014) dans la classe du professeur Hans Nickel (WDR Sinfonieorchester Köln), il enseigne le tuba à l’IMEP depuis septembre 2013. Depuis Janvier 2015 il est aussi le Tuba Solo Invité du « Brussels Philharmonic » (placé sous la direction de Stéphane Denève). Freelance dans de nombreux autres orchestres symphoniques en Belgique, aux Pays-Bas mais également en France ou en Allemagne, Jean Xhonneux pratique également la musique de chambre. Il est en effet membre d’ « Eburon Quintet », un quintette de cuivres avec lequel il a gagné, en 2012, le 1er Prix au « Concours International de Musique de Chambre de Lyon » et qui lui a permis de jouer un peu partout en Europe, dans des salles prestigieuses en Croatie, à Lyon (Auditorium Maurice Ravel), à Athènes (Agora Romaine), à Bruxelles (salle Henry Leboeuf du Palais des Beaux-Arts) ou à St-Pétersbourg (théâtre de l’Hermitage).

http://www.musicaporcia.it/crbst_26.html

porcia 2
big_IMG_4272

Julien Jardon, compositeur de musique de film

grenzecho-20-08-2016-page-12

« Pour pouvoir composer la musique d’un film, on doit pouvoir bien cerner les tenants et aboutissants de celui-ci »

Originaire de Lambermont, Julien Jardon, étudiant à l’IMEP, est sur le point de se faire un nom comme compositeur de film. A 25 ans et déjà titulaire de trois « Master », il est déjà très sollicité et accepte de nombreuses commandes de producteurs de films. Sa tâche: en écrire la musique. L’unique quotidien de langue allemande en Belgique, le « Grenzecho », lui a rendu visite dans son studio à la maison.

Bien qu’il ait à peine dormi la nuit dernière, constamment axé sur de nombreux travaux, Julien est assis plein d’énergie sur sa chaise de bureau et parle avec ferveur de sa profession. Tout en nous déversant un flot d’explications intéressantes, il allume le grand écran de son Mac et illustre ses propos d’exemples sonores. C’est comme une présentation, les questions viendront plus tard. Son attitude comme son apparence sont celles d’un homme d’affaires: chemise blanche, pantalon beige, cheveux soigneusement peignés, rasé de près et sourire charmant. Qu’il travaille parfois à des commandes jusqu’à cinq heures du matin – quand une idée le saisit -, ou qu’il ne puisse s’endormir le soir sans musique ou bruit de fond, cela nous paraît totalement inimaginable. Et pourtant, c’est le cas – même si vous pouvez chercher en vain les cheveux ébouriffés ou les cernes chez ce jeune homme de 25 ans.

Dans la grande maison de la famille Jardon, dissimulée derrière une haute haie et parée d’arbres luxuriants, tout est silencieux. « Comment j’en suis venu à étudier la musique ? », nous explique alors Julien, tout en jouant avec une boîte de fil dentaire qu’il ouvre et referme en rythme. « Tous, dans ma famille – mes parents comme mes deux sœurs – sont musiciens professionnels à plein temps ». S’il ne fait pas de bruit avec des objets, il siffle ou fredonne doucement pour lui-même. Julien Jardon a commencé très tôt sa carrière musicale: à l’âge de trois ans, le fils de la maison apprenait déjà le piano avec des pianistes professionnels, puis le saxophone et la guitare électrique. Quand il repense à cette époque, il ne peut s’empêcher de sourire un peu et admet: « Quand j’étais petit, je préférais aller jouer au foot! ».

Il a commencé tôt : à trois ans, il apprenait déjà le piano. Le saxophone et la guitare électrique ont suivi.

Après ses études secondaires à Eupen, Julien se rend à Liège pour y étudier la guitare classique. Mais à cette époque, ce n’était pas encore tout à fait clair pour lui : « J’hésitais entre deux mondes, nous dit-il : d’une part celui de l’immobilier, et d’autre part, celui de la musique. » Il s’est finalement décidé pour la musique qui continue à être sa passion. Alors qu’il a grandi avec la musique classique et orchestrale, il se sent pourtant aussi des affinités pour la musique électronique. C’est ainsi qu’après ses premières études à Liège, il obtient un Master supplémentaire, en composition. Il habite maintenant à Namur, où il est inscrit à l’Institut de Musique et de Pédagogie dont son père est le directeur. Son diplôme d’Informatique musicale, obtenu il y a deux ans à peine, comprend, entre autres, la composition de musique de film. Les styles classique et électro s’accordent particulièrement bien au cinéma. […] Pour illustrer cela, il nous fait écouter la bande originale de « Inception ». Pour que le son soit clair et remplisse toute la pièce, une isolation acoustique matelassée a été suspendue aux murs et sur la porte, afin d’intercepter le son. Julien nous décrit l’ambiance sonore et définit les procédés de composition utilisés. « […] Après l’entrée des synthétiseurs, voici l’orchestre classique, mais lourdement retravaillé par ordinateur. C’est cela le monde de la composition. » Il n’a pas de pareil pour nous transmettre la passion qui l’anime et nous montrer combien le style classique se marie à merveille avec le remodelage informatique. La musique d’« Inception » a été une telle révélation pour lui que c’est depuis lors qu’il donne toute son énergie pour devenir également compositeur de musique de film.

Le métier qu’il a choisi est loin d’être facile et cool… Lorsqu’il a une commande, il doit d’abord s’adapter aux directives du producteur. Et cela peut parfois être un fameux défi !!! Cette année par exemple, il travaille entre autres avec Christian Charlier des Productions XACT à Eupen. Le photographe a tourné un documentaire sur l’histoire des « Porsche Alaska » des membres des Mike Tempels. Mais il lui manque encore la musique adéquate. Christian a dit à Julien: « La musique doit sonner exactement comme l’apparence de la voiture : vieille, rouillée et usée. » Comme toujours, Julien doit donc commencer par appréhender le film : « Il est essentiel d’avoir du talent afin de cerner le film et d’en comprendre les tenants et les aboutissants». Dès le premier soir, voilà Julien assis au clavier de son père : il pianote jusqu’à trouver la bonne mélodie. Car effectivement, l’inspiration ne tombe pas du ciel : « Il faut chercher, chercher, chercher », dit Julien Jardon. Et il poursuit : « On ne peut jamais dire que ça y est, que c’est bon ». Une fois qu’il a trouvé un thème « nu », comparable au refrain d’une chanson, vient alors la deuxième partie du travail d’écriture : l’orchestration et l’arrangement.

L’arrangement, c’est un peu comme la cuisine comme la cuisine : « On additionne les ingrédients et puis on commence à mélanger ».

« On détermine quel instrument joue quoi » explique l’étudiant. Pour cela, il écrit la partition via un programme informatique appelé Sibelius 7. Un simulateur interprète alors la partition en respectant les instruments sélectionnés par le compositeur. La partition terminée est d’ordinaire encore retravaillée par un ingénieur du son puis peut alors enfin être transmise au producteur. Parfois, Julien Jardon met quelques heures – comme pour le film documentaire de Christian Charlier – parfois plusieurs jours de travail pour être satisfait de lui. Le sommeil, ainsi que les loisirs ou les sports sont des atouts de luxe : pour décompresser il joue le dimanche à l’Airsoft, un sport de cross-country, similaire au paintball. Pour trouver l’équilibre dont il a besoin, il est également membre des DJ-Duos Stepanov & Bougini, mais s’impliquera bientôt aussi dans l’ensemble, par tous les moyens possibles, il est non seulement une partie du duo de DJ Stepanov Bougini, mais en outre, il sera bientôt, avec eux, parmi les grands à Hollywood. « Dans deux ans, j’aimerais partir une année en Amérique. Pour la musique de film, c’est la consécration ! » C’’est cela que je veux à tout prix tenter, et tout donner pour cela : pouvoir travailler pour quelqu’un. »

D’après l’article de Laura Knechtel dans le « GrenzEcho » du samedi 20 août 2016.

La Gaillarde d’Argent est décernée à l’IMEP!

GAILLARDE

Cette année, le Comité Central de Wallonie a souhaité mettre à l’honneur l’IMEP. La Gaillarde d’Argent sera décernée à notre Institut. Qu’est-ce que la « Gaillarde »? La Gaillarde est cette petite fleur champêtre qui servit d’emblème aux révolutionnaires de septembre de 1830 et qui désormais symbolise la Wallonie à Namur. Depuis 1928, elle est devenue cette distinction suprême décernée par le CCW à ceux qui ont illustré les mérites de la Wallonie.

Le Président et l’ensemble des membres du Comité Central de Wallonie remettront la Gaillarde d’Argent à l’IMEP lors de la soirée de gala du Comité Central de Wallonie qui se déroulera le dimanche 11 septembre 2016 au nouvel amphithéâtre de l’Université de Namur, le Vauban. La soirée se poursuivra en musique avec un concert interprété par la Camerata IMEP sous la direction artistique d’Hrachya Avanesyan, soliste: Yossif Ivanov. Au programme: W-.A. Mozart: J. Massenet, P. I. Tchaikovsky.

Dans ce cadre, Guido Jardon parle de l’IMEP en pleine évolution sur Canal C. Cliquer sur ce lien pour visionner l’interview:

http://www.canalc.be/guido-jardon/

Revivez, en intégralité, la cérémonie de remise de la Gaillarde d’argent qui s’est déroulée le dimanche 11 septembre 2016, en cliquant sur ce lien:

http://www.canalc.be/en-integralite-la-remise-de-la-gaillarde/

L’OrgueStudio à Bossière dans le cadre des Journées du Patrimoine 2016

Dans le cadre des Journées du Patrimoine 2016, l’OrgueStudio de l’IMEP donnera un concert d’orgue le dimanche 11 septembre 2016 à 17H00 à l’église de Bossière. Benoît Lebeau, Damien Lurquin et Marie-Evodie Mahieu, tous trois étudiants de Benoît Mernier, interpréteront des oeuvres du XVIIème au XXème siècle, de Vivaldi et Bach à Benoît Mernier…

Plus d’infos, renseignements:
www.memoiredebossiere.be