Plus d'informations sur le site de l'IMEP pour Vincent DUJARDIN ...

Vincent DUJARDIN

Vincent Dujardin commence très tôt l’étude de l’art dramatique aux côtés de Jean Giar. En 1993, il réussit l’examen d’entrée au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles dans la classe d’André Debaar. C’est sous l’oeil de Bernard Marbaix qu’il obtient le premier prix trois ans plus tard.

Durant toutes ces années, Vincent Dujardin mène de front ses études et ses débuts de comédien sur les scènes professionnelles.

En 1995, il est le premier lauréat du Concours national du Crédit Communal, section déclamation.

En 1998, il suit la master-class du scénographe tchèque Josef Svoboda et celle du metteur en scène allemand Willy Decker au Théâtre royal de la Monnaie, en 2001 et 2002.

Vincent Dujardin est aussi licencié en Arts du spectacle du Centre d’études théâtrales (Faculté de Philosophie et Lettres) à l’Université de Louvain-la-Neuve (grande distinction) et agrégé de l’enseignement secondaire supérieur.

Le comédien

En tant que comédien, Vincent Dujardin participe à la création de « Oser la vie », spectacle retraçant la vie du Père Damien, en tournée en Belgique, en France et au Sénégal.

Au Théâtre de l’Escalier, il joue « Ubu » d’Alfred Jarry, « Platonov » et « La demande en maria-

ge » d’Anton Tchékhov.

À La Samaritaine, il interprète le rôle du comte dans « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée » d’Alfred de Musset.

En 1998, il joue « Corne de lune » de Christian Dupré à l’Atelier Théâtral de Louvain-la-Neuve.

Sous la direction de Charles Kleinberg, il intervient, en mars 2003, dans « Autour de Proust » (reprise en 2004).

Été 2004, il participe à « Jésus-Christ Superstar » de Andrew Lloyd Webber et Tim Rice à Villers-la-Ville.

En 2013, lors du Festival de Wallonie, il adapte et interprète des extraits de la correspondance Schumann-Brahms, aux côtés de Patrick Davin.

Le metteur en scène

Également metteur en scène, Vincent Dujardin travaille pour différents théâtres et compagnies.

Il met en scène Françoise Viatour dans le monodrame « La voix humaine » de Francis Poulenc et Jean Cocteau sous la direction musicale de Robert Bléser (spectacle repris en 2014 sous la direction de Daniel Thonnard).

Et aussi :

Pour la Comédie Claude Volter

En 2006, Vincent Dujardin est à la Comédie Claude Volter avec « George Dandin » de Molière.

Il y revient en septembre 2007 pour réaliser la mise en scène de « Menus-Plaisirs » d’après le Théâtre de chambre de Jean Tardieu.

Pour clore la saison 2008 - 2009 de la même Comédie Claude Volter, il

signe la mise en scène de la création mondiale « Il était une fois la Belgi-

que » d’après « Le mal du Pays - Autobiographie de la Belgique » de

Patrick Roegiers (reprise en 2010 - Festival de Spa, Atelier Théâtral Jean Vilar de Louvain-la-Neuve, Comédie Claude Volter).

Trois autres collaborations suivront : « Conversations après un enterrement » de Yasmina Reza (2011), « La pitié dangereuse » de Stefan Zweig (2012) et « Si tu mourais» de Florian Zeller (2013 ; reprise 2014).

Pour la Compagnie « Les Magigoulus »

Il assure la mise en scène de deux spectacles musicaux pour enfants :

« La Zique sur le gazon » et « La Zique dans le vent », créations originales de la troupe.

Pour l’Opéra royal de Wallonie

Il adapte la partition inédite « L’officier de fortune » d’André-Modeste Grétry, spectacle donné dans le cadre de l’inauguration de l’opéra restauré (2012).

Il joue également dans « Zémire et Azor » d’André-Modeste Grétry sous la direction de Bernard Pisani et Guy Van Waas (2014).

Pour l’Atelier Théâtre Jean Vilar

Création mondiale de « Moi, je crois pas ! » de Jean-Claude Grumberg au festival de Spa en 2011 ; reprise à Louvain-la-Neuve fin 2011 ; reprise à Bruxelles en 2012, puis de nouveau à Louvain-la-Neuve fin 2012.

Pour le Centre Culturel des Riches-Claires•

En mai 2008, il met en espace « Les sentinelles nues », un concept de théâtre-expo.

Le metteur en scène

Pour la Maison de la Poésie de Namur

Il signe, en 2007, la conception et la mise en scène des spectacles « Le flambeau de l’amour s’allume à la cuisine » et « Champagne, gin-flip et coffee punch ».

Suivra, en 2008, « L’illusion camique » d’après Cami.

Pour le « Théâtre de l’Aube »

En 1999, il signe la mise en scène de « Lebensraum » (Espace vital)

de Israël Horovitz (création belge) et de « Un riche, trois pauvres » de Louis Calaferte. En 2013, il y monte encore un spectacle dédié à Sacha Guitry.

Pour le « Théâtre de l’Escalier »

Il adapte et met en scène « La noce chez les petits bourgeois » de Bertold Brecht (tournée en 2000 ; reprise en 2002).

Pour le « Théâtre de l’Improbable »

Il signe les mises en scène de « Les amis du placard » de Gabor Rassov (mars 2013), « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée » et « Un ca-price » d’Alfred de Musset (novembre 2013) et « Une heure et demie de retard » de Jean Dell et Gérald Sibleyras (mars 2014).

Pour les Facultés Saint-Louis de Bruxelles

Il dirige les étudiants dans « Jeux de massacre » d’Eugène Ionesco et « Salomé » d’Oscar Wilde (théâtre universitaire).

Le musicien

Passionné de musique, Vincent Dujardin étudie pendant dix ans la guitare classique et le chant dans la classe de Françoise Viatour avec laquelle il met sur pied divers spectacles d’opéras, d’opérettes et de comédies musicales. Doté d’une voix de baryton, il se perfectionne auprès de Nicolas Christou et Patrick Delcour.

Été 2000, il est à Villers-la-Ville dans l’épopée musicale « Thyl Ulenspiegel », mise en scène par Michel Guillou.

En 2001, avec le guitariste Johan Fostier, il crée en Belgique « Platero et moi » de Juan Ramón Jiménez, sur une musique de Mario Castelnuovo-Tedesco (reprise mai 2004).

Été 2002, il est assistant de Gérard Corbiau (« Le maître de musique », « Farinelli », « Le roi danse ») sur « Don Giovanni » de Mozart, spectacle de plein air en tournée en Belgique et en France.

Expérience semblable avec« Rigoletto » de Verdi (en 2001) et « Les noces de Figaro » de Mozart, (été 2003) aux côtés d’Alain Sachs.

En 2006, il est l’assistant de François de Carpentries sur l’opéra « Madame Butterfly » de Giacomo Puccini.

L’auteur

Avec David Dufaux, il signe « Le jour de la grande communion de Marjorie Kinet », une comédie dramatique réaliste.

Il adapte aussi le roman « Pierre et Jean » et la nouvelle « La maison Tellier », deux oeuvres de Guy de Maupassant.

Enfin, il rédige le livret de « Danse avec moi », un spectacle musical fait de chansons d’autrefois, interprété par Dominique Rectem et Christelle Godin (2011).

Il est en outre l’auteur de « Un indolent commerce » et « Une franche comédie », deux pièces inédites.

Le pédagogue

Enfin, Vincent Dujardin enseigne l’art dramatique au Conservatoire Édouard Bastin de Ciney.

Il anime également, à intervalles réguliers, des stages de pratique du théâtre et d’initiation à la mise en scène.