• Partenaires

     
    Namur Confluent Culture
     
    WBI
     
    Les amis de l'IMEP
     
    WBI
     
     
     
     

GRAND CHOEUR ET CHOEUR DE CHAMBRE DE L’IMEP

le 9 mai 2019 à 20:00

GRAND CHŒUR & CHŒUR DE CHAMBRE DE L’IMEP
Jeudi 9/05 à 20H00 – Salle de concert de l’IMEP

GRAND CHŒUR : Requiem op. 48 de Gabriel Fauré
Louise Foor : soprano
Emmanuel Junk : baryton
Jean-Denis Piette : orgue
Direction : Ayrton Desimpelaere

CHŒUR DE CHAMBRE : Requiem op. 9 et 4 Motets op. 10 de Maurice Duruflé
Pierre Fontenelle : violoncelle
Manon Mathot : mezzo soprano
Jonathan Vork : ténor
Mathias Lecomte : orgue
Direction : Benoît Giaux

A ceux qui l’interrogeaient sur la genèse de son Requiem, Fauré répondait: « Mon requiem a été composé pour rien…pour le plaisir si j’ose dire… » L’oeuvre date pour l’essentiel de l’automne 1887 et du tout début de 1888 même si quelques parties datent des années antérieures. Cette époque correspond au décès de sa mère, le 31 décembre 1887. Quelques mois auparavant, c’est son père qui décédait. Ces deux décès eurent évidemment une influence sur le compositeur. C’est alors qu’il compose des œuvres plus tristes, plus méditatives dans lesquelles transparaît un changement d’esthétique qui trouve son apogée dans la messe de Requiem.

La première initiative qui nous frappe est l’omission du Dies irae. Réaction de rejet à l’égard de ce cri romantique où se complurent un Berlioz, un Verdi, un Saint-Saëns même? Désir de dédramatiser le phénomène de la mort? Dans la liturgie de l’Église, Fauré va rechercher instinctivement les mots avec lesquels il est en accord, ceux qui lui conviennent pour parler de sa propre peine. La tendresse parle plus fort que la voix des dogmes… La soprano Sandrine Piau parle si justement à propos de cette œuvre « d’une berceuse, d’un baume, d’une caresse… »

Maurice Duruflé (1902-1986) disait « qu’il n’était plus possible d’écrire un Requiem après celui de Fauré ». En publiant en 1949, un Requiem très personnel, il va toutefois se « contredire » d’une façon merveilleuse en composant un chef d’oeuvre. Comme Fauré, il a omis la séquence du Dies Irae avec sa terreur du Jugement et a composé une oeuvre empreinte d’une douce sérénité et sobriété. Si ce Requiem op. 9 présente des similitudes avec celui de Fauré, de l’écriture de chacun de ces musiciens, se dégage l’opposition de leurs conceptions du temps et de l’éternité. Là où le caractère statique du Requiem de Fauré illustre la conception d’une éternité pensée comme un temps qui continue toujours, le Requiem de Duruflé entretient la dynamique d’une plénitude d’exister , progressant sans jamais réutiliser le même thème. Presque tout le matériau thématique de l’œuvre provient du chant grégorien. «Je me suis efforcé de concilier, dans la mesure du possible, la rythmique grégorienne, avec les exigences de la mesure moderne… ». Les quatre motets de 1960 sont des morceaux idéaux pour accompagner le Requiem, chacun est basé également sur le chant grégorien. Duruflé révèle son talent particulier pour faire ressortir l’élément spirituel du plain-chant dans un contexte polyphonique tout en obtenant un rythme souple apparenté à la prière humaine. (Louis-Jean Goblet)

Réservations souhaitées :
Par Email : maud.casimir@imep.be
Par téléphone : 081/73.64.37. Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h à 16h30
Tarif : 15€ (adultes) – 10€ (seniors 60+) – Gratuit (jeune → 26 ans) – Pas de réservations

Section Pédagogique de l’IMEP

Se former dans la section pédagogique de l’IMEP c’est…

  • Se former à enseigner et transmettre sa passion de la musique.
  • Acquérir une maîtrise suffisante de sa voix, de son corps et d’un instrument accompagnateur en tant qu’outil du musicien.
  • Faire des recherches et développer un intérêt pour d’autres champs musicaux.
  • Développer des techniques d’apprentissage pour favoriser la pratique musicale, l’ouverture culturelle, la créativité, la maitrise technique, l’intelligence artistique et l’autonomie.
  • Être souvent amené à aller sur le terrain et se retrouver rapidement en situation de stage.
  • Vivre, concevoir et mener des projets musicaux de qualité.
  • Devenir un acteur culturel dans la société.
peda

Lire la suite…